Violence verbale et communication numérique écrite : la communication désincarnée en question

Résumé : Dans cet article, nous considérons la forme écrite électronique de la langue (distante et désincarnée) par rapport à sa forme orale (inscrite corporellement). Nous établissons en quoi l’échange in absentia (à travers l’échange de courriels) favorise les conflits et les dissonances au contraire de l’échange in praesentia qui favorise la co-construction réussie des relations interpersonnelles. Notre corpus, constitué d'échanges de courriels à plusieurs destinataires et en cc entre différents membres d'une université est questionné sous l’angle de l’analyse linguistique des interactions : ouvertures et clôtures ; taxèmes de positionnement et adoucisseurs ou durcisseurs de la relation (Brown et Levinson 1987 ; Kerbrat-Orecchioni 1992). Nous croisons l’analyse linguistique de la violence verbale (Auger et al. 2008 ; Fracchiolla et al. 2013 ; Rey et al. 2014) avec l’analyse en actes de langage (Austin, 1962 ; Searle, 1969 ; Romain et Lorenzi, 2013 ; Fracchiolla et Romain, 2013) et celle de la « rhétorique argumentative et agressive » en fonction des liens qu’elle opère avec la violence verbale (Moïse et Romain 2011). Nous y posons la question des places et de leur contextualisation mais aussi celle de « l’accès à autrui » via les neurones miroirs (Rizzolatti & Sinegaglia 2008) ou l’ocytocine (Seltzer 2012) qui tendent à remettre en cause la pertinence « interactionnelle » et « multimodale » de l'écrit numérique. Notre hypothèse est que les échanges électroniques exacerbent les malentendus et tensions, d'autant plus lorsqu'ils ont lieu sur fond de mésentente ou entre des individus ayant un passé interactionnel compliqué. Ils contribueraient alors à détériorer les relations interpersonnelles. La seconde est que les échanges de mails institutionnels en cc seraient propices à la confusion des espaces, au renforcement des conflits statutaires (Orlikowski 1996) par un accent spécifique mis sur l’objet du conflit, etc. Nous observons enfin que les procédés de politesse linguistique s’atténuent tout au long des tours d’écriture alors même que des études récentes montrent combien la politesse serait une « clé du lien social » (Guéguen 2008) mais aussi de l’humeur et des performances au travail (Park 2008). Nous montrons ainsi comment la question du franchissement territorial met en action le système de défense à une agression potentielle par rapport au non respect d'une séparation des espaces public/privé et temps (Fracchiolla 2013).
Type de document :
Article dans une revue
Les cahiers de praxématique, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2006-, 2016, Emotions en contexte numérique, 19 p. 〈http://praxematique.revues.org/4263〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01492089
Contributeur : Beatrice Fracchiolla <>
Soumis le : vendredi 17 mars 2017 - 22:07:53
Dernière modification le : jeudi 1 février 2018 - 01:17:51

Fichier

praxematique-4263.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01492089, version 1

Citation

Christina Romain, Béatrice Fracchiolla. Violence verbale et communication numérique écrite : la communication désincarnée en question. Les cahiers de praxématique, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2006-, 2016, Emotions en contexte numérique, 19 p. 〈http://praxematique.revues.org/4263〉. 〈hal-01492089〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

173

Téléchargements de fichiers

102