“Je suis rital et je le reste…” Expertise de l’inclusion italienne (en)chantée ou la transformation spectaculaire d’un monstre

Résumé : L’arrivée de flux migratoires massifs d’Italiens en France s’est accompagnée dès la fin du xixe siècle d’une production d’images stéréotypées véhiculées tant par la presse, la littérature, que par les chansons. Après des décennies d’italophobie, la perception des Cisalpins s’est améliorée au sein de la société française et ce processus d’inversion sociale des regards transparait dans les thématiques et les postures d’artistes qui – tels Claude Barzotti et Frédéric François – n’hésitent pas, dès les années 1970, à brandir fièrement leurs origines italiennes. L’analyse et la contextualisation de leurs œuvres musicales permettent de comprendre une partie des mécanismes qui ont favorisé le passage d’une monstration excluante des Italiens à une mise en scène spectaculaire de leurs identités par ces derniers dans un retournement de stigmates valorisant.
Type de document :
Article dans une revue
Volume ! La revue des musiques populaires, Editions Mélanie Seteun, 2015, 12 (1), pp.35 - 53. 〈https://volume.revues.org/4578〉. 〈10.4000/volume.4578〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01626653
Contributeur : 2l2s Ul <>
Soumis le : mardi 31 octobre 2017 - 10:15:05
Dernière modification le : mercredi 1 novembre 2017 - 01:12:25

Identifiants

Collections

Citation

Piero-D. Galloro. “Je suis rital et je le reste…” Expertise de l’inclusion italienne (en)chantée ou la transformation spectaculaire d’un monstre. Volume ! La revue des musiques populaires, Editions Mélanie Seteun, 2015, 12 (1), pp.35 - 53. 〈https://volume.revues.org/4578〉. 〈10.4000/volume.4578〉. 〈hal-01626653〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

33