Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Robert Browning et la mémoire historique : fait, fiction, ou foi ?

Résumé : Le poète anglais Robert Browning (1812-1889) a été le contemporain d’une évolution drastique dans la réception et l’interprétation du passé, et ses poèmes montrent combien il était réceptif aux débats de son époque : qu’il s’agisse du débat sur l’existence d’Homère (polémique entre les « unitaristes » et les « analystes ») renoué lors de la « découverte » de Troie par l’Allemand Schliemann., de la critique historique de la Bible à l’instigation de David Strauss (qui est le sujet de la première Considération Intempestive de Nietzsche, publiée en 1873), dont Browning connaissait l’œuvre par George Eliot, son amie romancière et traductrice), ou qu’il s’agisse du mouvement du Higher Criticism, plusieurs poèmes de Browning manifestent ses préoccupations et mettent en scène ses réflexions sur ces différents sujets. Plus particulièrement, dans le poème « A Death in the Desert », publié dans le recueil Dramatis Personae (1864), il réagit à la critique straussienne de la Bible. Dans ce monologue dramatique, un narrateur anonyme présente un document inédit dans lequel l’apôtre Jean, dernier témoin vivant de l’épopée christique et sentant la mort proche, s’interroge sur le sort de la parole de Jésus quand il ne sera plus là pour attester de ce qu’il a vu. Se pose alors avec acuité le problème de la transmission du message biblique : comment le monde pourra-t-il garder mémoire de ce à quoi lui, Jean, a assisté ? Se plaçant du point de vue des fidèles, Jean se demande s’il est raisonnable de placer sa foi dans un témoignage oral, qui va aller se transformant et se déformant de bouche en bouche à travers les âges (« forgotten or misdelivered », 167). L’originalité de « A Death in the Desert » est à la fois de défendre un « fait » au moyen d’une fiction présentée comme un document, et de réfléchir sur les interactions de l’écrit et de l’oral par rapport à la problématique du témoignage. Browning, dissenter qui cherche concilier les avancées de la science avec la religion, poétise les questions de la construction et de la réception d’un « fait historique », de sa mémoire et de sa transmission, au moyen d’un appareil dramatique complexe à plusieurs niveaux, combinant cadre narratif et citations en abyme. Ce faisant, il explore le paradoxe du sujet victorien qui découvre sa condition d'homme moderne : à la fois produit d'une longue histoire dont il ne peut rejoindre l’origine, et dont il ne cesse de s'éloigner, l’homme-historien du XIXe siècle est aussi à la source de cette même histoire dans la mesure où c’est lui qui l’écrit.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01692210
Contributor : Yann Tholoniat <>
Submitted on : Wednesday, January 24, 2018 - 6:09:02 PM
Last modification on : Wednesday, October 14, 2020 - 3:49:25 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01692210, version 1

Collections

Citation

Yann Tholoniat. Robert Browning et la mémoire historique : fait, fiction, ou foi ? . La mémoire historique : interroger, construire, transmettre , Mar 2005, Angers, France. pp.39-47. ⟨hal-01692210⟩

Share

Metrics

Record views

34