Risque de développer un cancer après une transplantation rénale: étude rétrospective chez 504 patients transplantés au CHU de Nancy - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2004

The risk of developing a cancer post renal tranplant

Risque de développer un cancer après une transplantation rénale: étude rétrospective chez 504 patients transplantés au CHU de Nancy

Abstract

To day it has been clearly established that every immunodeficient patient has a highrisk of developing a tumour. A malignant pathology is a frequent complication in a renal transplant although present epidemiological data is limited.A forward study of 504 c1inical files of kidney transplants was monted over a period of eleven years from the 1st January 1985 until the 31 st of December 1995, the cancer was first diagnosed, the commencement date of dialysis and updated finding up to the 31st December 1999.This population sample can be compared to the general population in France overthe same period of time thanks to the FRANCIM network.Within the transplant population, 87 patients developed a cancer, of wich 45 werenon-cutaneous and 42 cutaneous. This study shows evidence of a high risk of various cancer. This high risk group only concerns: Cancer of the prostate gland, kidneys and lymphoma in men and cervical cancer, kidneys and Iymphoma in women. Despite the absence of a skin cancer register in France excludingmelanomas, evidence indicating a high incidence of skin cancers with apredominance of spinocellular epitheliomas has been noted.The elevated risk rate of prostate cancer, kidney and cervical cancer may be linked to systematic screening procedures. On the other hand there is no increased risk pertaining to cancers frequently observed within the general population in France such as breast cancer, colorectal and lung cancer.
Actuellement, il est clairement établi que tout patient immunodéprimé a un risque accru de développer une tumeur. La pathologie maligne est une complication fréquente de la transplantation rénale mais les données épidémiologiques actuelles sont limitées. Dans une étude prospective, 504 dossiers cliniques de greffés rénaux ont été étudiés sur une période de 11 ans allant du 1er Janvier 1985 au 31 Décembre 1995, et jusqu'à la date de diagnostic du premier cancer, la date de remise en dialyse, la date des dernières nouvelles au 31 Décembre 1999. Cette population est comparée à la population générale française sur la même période grâce au réseau FRANCIM. Dans la population des transplantés, 87 patients ont développé un cancer, dont 45 cancers non cutanés et 42 cancers cutanés. Cette étude a permis de mettre en évidence un excès de risque de cancer de tout type confondu. Cet excès de risque ne concerne que : le cancers de la prostate, du rein, les lymphomes chez l'homme, et le cancer du col utérin, du rein et les lymphomes chez la femme. en l'absence de registre français des cancers cutanés hors mélanomes, nous avons observé une incidence élevée de cancers cutanés avec une prédominance d'épithéliomas spinocellulaires. L'excès de risque du cancer de la prostate, du rein et du col utérin peut être lié au dépistage systématique. Par contre, il n'existe pas d'excès de risque pour les cancers fréquemment observés dans la population générale française comme le cancer du sein, colorectal et du poumon.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDMED_T_2004_MOLLE_RACHEL.pdf (4.27 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01732065 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732065 , version 1

Cite

Rachel Molle. Risque de développer un cancer après une transplantation rénale: étude rétrospective chez 504 patients transplantés au CHU de Nancy. Sciences du Vivant [q-bio]. 2004. ⟨hal-01732065⟩
57 View
796 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More