Le virus BK en transplantation rénale : étude rétrospective 2005-2009 : suivi prospectif premier semestre 2010 - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2011

BK virus and renal transplant

Le virus BK en transplantation rénale : étude rétrospective 2005-2009 : suivi prospectif premier semestre 2010

Abstract

Le virus BK, petit virus de la famille des Polyomaviridae, découvert en 1970, est un virus ubiquitaire dont la séroprévalence est élevée au sein de la population générale. Après une primo-infection asymptomatique, le virus BK est capable de latence, notamment au niveau de l'épithélium rénal. Le pouvoir pathogène du virus BKs'exprime essentiellement chez les transplantés rénaux, sous la forme d'une néphropathie. Depuis les années 1990 et l'utilisation de puissantes molécules immunosuppressives, le virus BK est un pathogène émergent entransplantation rénale. Le diagnostic de l'infection par le virus BK doit être précoce afin de limiter l'étendue des lésions. Le suivi biologique de la réactivation du virus BK peut être effectué par PCR quantitative en temps réel dans le sang et/ou les urines de ces patients. Dans une étude rétrospective menée entre 2005 et 2009, la prévalence de la néphropathie associée au virus BK au CHU de Nancy a été de 1,71% sur une population de 293 patients. Dans un second temps, le suivi prospectif des patients transplantés rénaux au cours du premier semestre 2010 a comparé deux modalités de suivi (recherche du virus BK dans les urines ou dans le sang).L'objectif de ce travail est de proposer un algorithme de suivi du virus BK chez le patient transplanté rénal ainsi que les périodicités du suivi. Cet algorithme propose un suivi général par charge virale urinaire, une chargevirale sanguine étant réalisée en cas de positivité des urines, à un rythme mensuel pendant les trois premiers mois suivant la transplantation, et trimestriel ensuite pendant la première année. Devant l'absence de traitement antiviral spécifique, le suivi biologique régulier de la multiplication du virus BK et la réduction préemptive de l'immunosuppression semblent être les stratégies les plus efficaces et reconnues.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCDPHA_T_2011_HOARAU_MURIEL.pdf (2.72 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01732409 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732409 , version 1

Cite

Muriel Hoarau. Le virus BK en transplantation rénale : étude rétrospective 2005-2009 : suivi prospectif premier semestre 2010. Sciences pharmaceutiques. 2011. ⟨hal-01732409⟩
38 View
702 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More