Troubles hydro-électrolytiques associes a la néphropathie drépanocytaire : le cas particulier des phosphates - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2015

Water and mineral disorders associated with sickle cell disease : a special focus on phosphorus

Troubles hydro-électrolytiques associes a la néphropathie drépanocytaire : le cas particulier des phosphates

Abstract

La drépanocytose homozygote est une maladie héréditaire fréquente. La néphropathie drépanocytaire est une des complications chroniques les plus fréquentes de cette maladie qui touche 50 à 80% des patients adultes. Les atteintes histologiques concernent à la fois les glomérules expliquant la forte prévalence d’une protéinurie mais aussi les vasa recta médullaires, à l’origine d’une néphropathie tubulo-interstitielle. Divers troubles hydroélectrolytiques sont associés à cette néphropathie. Les troubles de concentration des urines liés à un défaut de gradient osmotique cortico-papillaire sont les plus décrits et sont responsables d’un syndrome polyuropolydipsique. Des troubles de l’acidification urinaire à l’origine d’une acidose métabolique sont également décrits et seraient liés à un défaut du gradient d’ammonium cortico-papillaire. Les atteintes des fonctions proximales du tubule rénal sont moins bien connues. Il semble exister un hyperfonctionnement primitif du tube proximal avec notamment une hyper-réabsorption des phosphates responsable d’une hyperphosphatémie. Nous avons étudié la prévalence de l’hyperphosphatémie sur une cohorte de 429 patients drépanocytaires homozygotes adultes et ses déterminants dans un sous-groupe de 75 patients (non insuffisants rénaux) ayant bénéficiés d’une exploration du métabolisme phospho-calcique au cours d’un hôpitalde jour dans le Service d’Explorations Fonctionnelles de l’hôpital Tenon. La prévalence observée de l’hyperphosphatémie dans la population générale est de 12.8 % et de 42% dans le sous-groupe adressé pour le bilan d’une néphropathie (hyperfiltration et/ou albuminurie). Nos résultats confirment une nette augmentation du taux de réabsorption des phosphates, qui semble indépendant des principales hormones connues pour être impliquées dans ce mécanisme telles la PTH, Klotho, ou la GH avec une concentrationplasmatique du FGF-23 très élevée qui suggère une contre-régulation adaptée à l’hyperphosphatémie. Cette augmentation de la réabsorption tubulaire proximale concerne également d’autres solutés notamment l’acide urique et les SDMA. L’association de l’hyperphosphatémie avec une augmentation des SDMA, de l’albuminurie, de la vitesse de régurgitation tricuspide (évaluant une hypertension artérielle pulmonaire) et des antécédents de vasculopathie cérébrale suggère que cette anomalie hydro-électrolytique pourrait représenter un facteur de risque cardio-vasculaire dans cette population à l’instar d’autres populations comme les patients dialysés. Dans cette perspective, une étude interventionnelle par chélateurs des phosphates visant à normaliser la phosphatémie seraient intéressante à mener afin d’évaluer un effet potentiellement bénéfique sur le coeur,les vaisseaux et les reins
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2015_SAVENKOFF_BENJAMIN.pdf (1.65 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01732919 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01732919 , version 1

Cite

Benjamin Savenkoff. Troubles hydro-électrolytiques associes a la néphropathie drépanocytaire : le cas particulier des phosphates. Sciences du Vivant [q-bio]. 2015. ⟨hal-01732919⟩
188 View
782 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More