Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Place du médecin généraliste dans la prise en charge des difficultés sexuelles masculines

Résumé : Plusieurs études exposent le paradoxe entre la volonté des patients de parler de leursdifficultés sexuelles à leur médecin généraliste et le faible nombre de consultations à ce sujet. Les patients souhaitent-ils que leur médecin soit plus entreprenant dans ce domaine ? Nous avons réalisé une étude qualitative comportant 15 entretiens auprès de médecins et 15 auprès de patients afin de déterminer la place du médecin généraliste dans ce domaine. Les médecins reconnaissent la dysfonction sexuelle comme un problème médical. La relation de confiance qu'ils établissent avec leur patient faciliterait la discussion, ce que confirment les patients. Un seul médecin de notre échantillon questionnerait ses patients sur ses capacités sexuelles, en dehors de pathologies médicales. D'après eux, le sujet de la sexualité reste tabou et 60% des médecins estiment leurs patients gênés pour en parler. Les patients apportent une précision : 60% se disent mal à l'aise pour évoquer leurs difficultés avec leur médecin mais seulement 20% seraient gênés pour en parler avec celui-ci. 86,7% des patients disent qu'ils ne seraient pas gênés si leur médecin les questionnait sur d'éventuelles difficultés sexuelles et 46.7% déclarent même que cette démarche les soulagerait. Les patients consultent principalement pour obtenir des explications fiables ; la prescription est secondaire (d'après 60% des médecins et 73.3% des patients). La formation dans ce domaine reste insuffisante. Les médecins n'osent pas assez en parler avec leurs patients et ils ne semblent pas savoir que la dysfonction érectile pourrait être le premier symptôme d'une maladie cardiovasculaire sous-jacente. Côté patients, il persiste de nombreux préjugés sur la pathologie et son traitement limitant la prise en charge. Les médecins s'autorisent peu à questionner leur patient sur leur vie privée (conjugopathie ? relations extraconjugales ? réaction de la partenaire ?...). La partenaire tient une placeimportante dans la prise en charge mais les médecins l'incluent peu. Pourtant, 50% despatients souhaiteraient sa présence lors des consultations. Les campagnes et les actions promouvant la discussion et l?information sur ce sujet sont à développer afin de favoriser la prise en charge et de limiter les répercussions négatives d'une dysfonction érectile sur la qualité de vie
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733174
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:38:52 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:36:58 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, September 4, 2018 - 10:48:24 PM

File

SCDMED_T_2011_KOKEL_CYRIELLE.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733174, version 1

Citation

Cyrielle Kokel. Place du médecin généraliste dans la prise en charge des difficultés sexuelles masculines. Sciences du Vivant [q-bio]. 2011. ⟨hal-01733174⟩

Share

Metrics

Record views

65

Files downloads

929