Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Profils glycémiques périopératoires des patients ayant bénéficié d'une chirurgie de l'aorte abdominale

Résumé : Depuis quelques années, il est reconnu que l'agression au sens large du terme (inflammation, infection, chirurgie) induit une hyperglycémie dont les mécanismes sont multiples et sont regroupés sous le nom de diabète de stress. Les modifications hormonales débutent par une sécrétion accrue des hormones de contrerégulation et l'hyperglycémie perdure du fait de l'installation d'une véritable insulinorésistance. L'hyperglycémie aiguë est donc fréquemment rencontrée en réanimation et le degré d'insulinorésistance dépend de l'agressivité du geste opératoire et de sa durée. La pratique courante jusqu'il y a peu, encore d'usage dans un tiers des soins intensifs européens à ce jour, vise au maintien de la glycémie entre 8,8 et 11,1 mmol/L, limite historique qui reposait vraisemblablement sur la notion de réabsorption tubulaire rénale. Cependant, lors de la mise en place d'une stratégie d'insulinothérapie intensive, il existe indiscutablement une augmentation de l'incidence des épisodes d'hypoglycémies sévères (inférieures à 0,4 g/l ou 2,2 mmol/L). Ce fait est étayé par les résultats des études randomisées consacrées à l'impact du maintien de la glycémie à deux niveaux différents, l'un qualifié de strict (objectif glycémique inférieur à 6,1 mmol/L) et l'autre de conventionnel (objectif glycémique inférieur à 11 mmol/L). Dès lors, la cible glycémique optimale est loin d'être définie à l'heure actuelle et pourrait d'ailleurs différer selon le type de patient ou de pathologie. Ce travail est basé sur une étude rétrospective de 186 patients ayant bénéficié d'une chirurgie de l'aorte abdominale. La mesure de la glycémie capillaire est réalisée pluriquotidiennement pendant les 72 premières heures postopératoires. De nombreux autres facteurs périopératoires sont relevés tels que les antécédents du patient, les traitements à visée cardiologique, le déroulement de la chirurgie et l'évolution de plusieurs paramètres cliniques et biologiques. Nous retrouvons une relation statistiquement significative entre augmentation de la glycémie et augmentation de la mortalité postopératoire (p=0,001). D'autres facteurs sont également liés à une surmortalité : l'augmentation de la durée de l'intervention, l'augmentation du temps de clampage aortique ou une majoration des pertes sanguines. Ces résultats suggèrent qu'une action précoce pour réguler la glycémie postopératoire pourrait diminuer la mortalité en chirurgie vasculaire. Notre étude manquant de puissance statistique, d'autres investigations de plus grande ampleur seraient à réaliser afin de confirmer cette hypothèse et de définir une cible glycémique adaptée à chaque patient.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

Cited literature [99 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733513
Contributor : Colette Orange Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 3:54:57 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:49 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 6:31:44 AM

File

SCDMED_T_2010_PICOCHE_AURELIEN...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733513, version 1

Citation

Aurélien Picoche. Profils glycémiques périopératoires des patients ayant bénéficié d'une chirurgie de l'aorte abdominale. Sciences du Vivant [q-bio]. 2010. ⟨hal-01733513⟩

Share

Metrics

Record views

48

Files downloads

541