Mortalité et qualité de vie à long terme après un choc septique. Etude prospective observationnelle monocentrique - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Long term mortality and quality of life after septic shock

Mortalité et qualité de vie à long terme après un choc septique. Etude prospective observationnelle monocentrique

Abstract

Introduction : Malgré une baisse de la mortalité du choc septique au cours des dernières années, celui-ci est encore greffé d'un taux de mortalité très important, puisqu'il s'agit de la première cause de mortalité en réanimation. L'incidence du choc septique a de surcroit augmentée. Par ailleurs, la qualité de vie des survivants à deux ans du choc septique est altérée par rapport à la population générale.Matériels et méthodes : Il s'agit d'une étude prospective, descriptive et observationnelle. 129 patients atteints d'un choc septique et hospitalisés en réanimation médicale à l'hôpital central de Nancy d'avril 2010 à avril 2011 ont été inclus. Les données démographiques et descriptives ont été recueillies, ainsi que les données relevant de la prise en charge du choc septique. Le statut vital à la sortie de réanimation, à J90, à un an et à deux ans, a également été relevé, ainsi que les réponses aux questionnaires de qualité de vie EQ5D et PTSD.Résultats : La mortalité est de 31% à la sortie de réanimation, de 45,7%, 56,6% et 61,3%, respectivement à J90, un an, et deux ans du choc septique. Les facteurs de risque de mortalité après un choc septique sont l'âge, l'IGS2, le score SOFA, la rapidité d'administration de l'antibiothérapie, la nécessité d'une épuration extra rénale, le type d'antibiothérapie, l'état de santé antérieur, le type de catécholamines, l'immunodépression. La qualité de vie à long terme après un choc septique est altérée. Le questionnaire EQ5D montre que pratiquement la moitié des survivants présente quelquesou beaucoup de problèmes en ce qui concerne la mobilité, l'autonomie, la réalisation des activités courantes, la douleur ou l'anxiété. Par ailleurs, 94% des survivants ont de possibles symptômes de PTSD. Les facteurs de risque de qualité de vie à deux ans du choc septique sont l'âge, la polyneuropathie de réanimation, la dyspnée, les douleurs chroniques, l'ESPT, les comorbiditésantérieures.Discussion : La campagne « survivre au sepsis » ainsi que les guidelines françaises rédigées par la SRLF et la SFAR, ont fait évoluer la prise en charge précoce du choc septique, avec un effet positif sur la mortalité, mortalité qui reste cependant très élevée. Par ailleurs, les résultats des deux questionnaires de qualité de vie (EQ5D et PTSD) soulèvent l'importance de la baisse d'autonomie et des séquelles psychologiques engendrées par la réanimation à long terme. Cette étude souligne la nécessité de traiter et d'anticiper les défaillances neuromusculaires, cérébrales, psychologiques, pulmonaires, afin par exemple de limiter l'apparition d'une polyneuropathie de réanimation, d'un état de stress post traumatique, de douleurs chroniques ou d'une dyspnée, qui altèrent la qualité de vie à long terme après un choc septique
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2013_VILLETTE_PAULINE.pdf (27.15 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01733603 , version 1 (14-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733603 , version 1

Cite

Pauline Villette. Mortalité et qualité de vie à long terme après un choc septique. Etude prospective observationnelle monocentrique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2013. ⟨hal-01733603⟩
136 View
23 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More