Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Impact de la composition du greffon sur la reconstitution hématopoïétique et la survenue de complications en allogreffe de moëlle osseuse

Résumé : L'allogreffe permet d'exercer un effet allogénique, en cas de pathologies hématologiques malignes, ou de pallier une hématopoïèse défaillante. La source historique de greffon de cellules souches hématopoïétiques est médullaire. Actuellement, une des méthodes d'évaluation des cellules souches hématopoïétiques est la quantification en cytométrie en flux de l'antigène CD34+. Or, contrairement à l'autogreffe et à l'allogreffe avec greffon de type cellules souches périphériques, il n'y a pas de consensus sur une quantité minimale de CD34+ optimale dans le greffon médullaire. De plus, en cas d'incompatibilité de groupe sanguin, il est nécessaire de réaliser des manipulations sur le greffon qui peuvent entrainer une perte de CD34+.Matériels et méthodes : Nous avons étudié rétrospectivement toutes les allogreffes réalisées à Nancy de 2006 à 2011, afin de déterminer l'impact des caractéristiques du donneur (âge, sexe, compatibilité HLA, apparenté ou non), des caractéristiques du receveur(âge, sexe, pathologie maligne ou non), de la composition du greffon en cellules nucléées totales, CD34+, CFU-GM, CD3+ et des manipulations sur le greffon, sur la reconstitution hématopoïétique, la survie globale à 5 ans, la survie sans maladie, la rechute, les complications (GVH, infections et pathologies de l'endothélium). La quantité de CD34+ est évaluée selon les recommandations internationales (ISHAGE) en double plateforme.Résultats : En cas de greffon comportant plus de 3.47x106 CD34+/kg, on observesignificativement plus de maladie veino-occlusive (p=0.0119) mais moins d'infectionbactériennes et fongiques (p=0.0475 et p=0.0436). Un seuil de CD34+/kg supérieur à2.7x106 diminue significativement le risque d'infections fongiques (p=0.0095). Nousn'observons pas de différence significative liée à la composition cellulaire en termes desurvie globale à 5 ans et sans maladie à 5 ans, de rechute et de mortalité liée à latransplantation. Concernant, la reconstitution hématopoïétique, la faible quantité de CNT/kg dans le greffon est un facteur de risque significatif (p=0.0482) pour les patients reconstituants le plus lentement les PNN et les plaquettes. La reconstitution hématopoïétique n'est pas liée significativement à la dose de CD34+, de CFU-GM ou de CD3+.Les manipulations du greffon liées aux incompatibilités de groupe ABO n'ont pas d'impact significatif sur la survie globale et sans rechute à 5 ans.Conclusion : En analyse multivariée, le seul paramètre, ayant un impact négatif significatif sur la survie globale et la survie sans maladie à 5 ans, est un âge élevé du receveur. En cas d'incompatibilité de groupe ABO majeure ou complexe, nous proposons de prélever au moins 4.24x108 CNT/kg en vue de réinjecter au moins 3.47x106 CD34+/kg. Dans la procédure de choix d'un donneur, l'incompatibilité ABO ne devrait pas conduire à réfuter un donneur
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [91 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733725
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:05:35 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:24 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 7:22:34 AM

File

BUMED_T_2013_ROTH_GUEPIN_GABRI...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01733725, version 1

Citation

Gabrielle Roth Guépin. Impact de la composition du greffon sur la reconstitution hématopoïétique et la survenue de complications en allogreffe de moëlle osseuse. Sciences du Vivant [q-bio]. 2013. ⟨hal-01733725⟩

Share

Metrics

Record views

22

Files downloads

476