Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Antibiotiques dans l'environnement: sources, concentrations, persistance, effets et risques potentiels

Résumé : En France, plus de 2000 tonnes de matières actives antibiotiques seraient utilisées par an en médecines humaine et vétérinaire. Ces antibiotiques après administration sont excrétés principalement dans les urines et les fèces et entrent dans l'environnement via diverses voies de transfert. En admettant de façon maximaliste que les antibiotiques ne sont pas dégradés dans l'environnement, plus de 1600 tonnes seraient potentiellement rejetées dans cet environnement.Cette revue bibliographique montre que certaines molécules antibiotiques sont effectivement quantifiées dans les différentes matrices environnementales tandis que d'autres ne le sont pas. Dans les eaux usées urbaines (avant et après traitement épuratoire) et dans les eaux de surface, les molécules les plus fréquemment quantifiées sont principalement des macrolides, des sulfamides, latriméthoprime et des tétracyclines. Les concentrations relevées sont en général inférieures au [micro]g/L. En revanche, les beta-lactames facilement hydrolysés sont peu fréquemment quantifiés. Les concentrations dans les eaux usées hospitalières sont plus élevées et peuvent atteindre plusieursdizaines de [micro]g/L. Dans les eaux souterraines, seules quelques molécules ont été quantifiées (le sulfaméthoxazole, la sulfaméthazine, le dérivé déhydro de l'érythromycine, la tylosine, la chlortétracycline, l'oxytétracycline et la tétracycline), la concentration maximale s'élevant à 0,5[micro]g/L et correspondant au sulfaméthoxazole. Dans les eaux potables, seule la tylosine (macrolide vétérinaire) a jusqu'à présent été quantifiée à des concentrations de 0,6 et 1,7 ng/L. Dans les effluents d'élevage et les sols amendés par ceux-ci, ce sont principalement des tétracyclines et des sulfamides qui sont quantifiés à des concentrations respectives de l'ordre deplusieurs mg/kg et de plusieurs ug/kg de matières sèches. Ce sont effectivement les molécules majoritairement employées en médecine vétérinaire. De plus les tétracyclines sont largement sorbées et peuvent persister plusieurs mois dans ces matrices. Dans les boues de stations d'épuration, seules des fluoroquinolones, fortement sorbées, ont été quantifiées à quelques mg/kg de matières sèches.Une évaluation des risques a été effectuée pour le compartiment eau de surface. Des risques potentiels ont été identifiés au moyen du modèle PECIPNEC (Predicted Environmental Concentration/Predicted No Effect Concentration) pour les eaux de surface en France. Néanmoins, la validité de ces résultats semble très limitée du fait d'un grand nombre d'incertitudes concernant les effets toxiques potentiels et les concentrations prédites estimées. De plus, il est aujourd'huiimpossible de conclure quant à l'impact des rejets d'antibiotiques dans l'environnement sur le maintien et/ou le développement de résistances bactériennes.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01734075
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Wednesday, March 14, 2018 - 4:22:38 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:43:37 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 5, 2018 - 11:27:49 AM

File

SCDPHA_T_2005_ALGROS_EMILIE.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01734075, version 1

Citation

Emilie Algros. Antibiotiques dans l'environnement: sources, concentrations, persistance, effets et risques potentiels. Sciences pharmaceutiques. 2005. ⟨hal-01734075⟩

Share

Metrics

Record views

125

Files downloads

159