Varlam Chalamov ou le Chant des Ténèbres - Université de Lorraine Access content directly
Other Publications The Conversation Year : 2016

Varlam Chalamov ou le Chant des Ténèbres

Abstract

Ce qui arrive, après la lecture de Varlam Chalamov – comme après celle de Primo Lévi mais différemment – c’est que les mots disparaissent. Je ne peux pas écrire. On ne peut pas écrire dessus, derrière, après. Seulement se taire et lire. Puis se taire et refermer le livre. Pleurer, peut-être. Car ce commentaire restera incommensurable avec le texte qui l’a fait naître. Après, restent la neige, la faim, le froid, les corps décomposés vivants, la terre qui les engloutit et les recrache. L’absence de mots. La banale inhumanité de l’espèce humaine. Sa résistance. Sa colère. Sa beauté.Mais l’incommensurable commence avec l’expérience même du goulag. Comment la mettre en mots ? Comment la transmettre ? Comment raconter et pourquoi ? Nous, lecteurs ayant achevé la lecture du livre, sommes soumis, à notre modeste échelle, à une impuissance somme toute analogue à celle de Chalamov : comment retrouver les mots après, leur poids, leur usage et quoi passera de la vie, de l’extrême de ces conditions subies, dans le langage et, finalement, chez l’auditeur ? Mais cette raréfaction des mots a une origine plus profonde. Elle s’ancre dans le camp même où, selon le principe d’économie qui y règne, les prisonniers réduisent leur lexique au strict nécessaire. Il s’agit de survivre (voir le récit « Maxime »).

Domains

Literature
No file

Dates and versions

hal-01738321 , version 1 (20-03-2018)

Licence

Attribution - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : hal-01738321 , version 1

Cite

Alice Delmotte-Halter. Varlam Chalamov ou le Chant des Ténèbres. 2016, pp.[En ligne]. ⟨hal-01738321⟩
33 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More