Lendemains d’élection : Harvard a le blues - Université de Lorraine Access content directly
Other Publications The Conversation Year : 2016

Lendemains d’élection : Harvard a le blues

Abstract

La nette victoire de Donald Trump n’a pas véritablement été anticipée par la communauté scientifique américaine, pas plus que par les médias ou l’establishement au sens large. À peine a-t-elle été proclamée que les dégâts sur l’esprit civique américain sont déjà là, incalculables : légitimation des discours identitaires, racistes et sexistes ; promotion de l’individualisme, de l’ignorance et de la concurrence brutale ; recul programmé de la science et même du scientisme à travers le retour du créationnisme et la négation du réchauffement climatique. Ici, en plein Massachusetts, on se sentait bien loin de l’Amérique de Trump ces derniers jours et le calme environnant n’annonçait pas la tempête qui s’est abattue depuis sur l’aristocratie des chercheurs. Dans ce bastion démocrate grand comme la Bretagne, berceau du père fondateur John Adams et foyer du clan Kennedy, on trouve une douzaine d’universités, dont le prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Mais c’est Harvard qui domine, elle représente le Massachusetts au sein de l’Ivy League, ce club très fermé des universités du Nord-Est américain fondées avant l’Indépendance : c’est à la fois la meilleure université du coin et la meilleure université du monde. À quoi pensent celles et ceux qui travaillent ici, sur le Yard où les frontons invitent au partage des connaissances ? À l’occasion de cet Election Day en forme de douche froide, nous avons recueilli les opinions de quelques-uns de ces universitaires bénis des Dieux.
Not file

Dates and versions

hal-01738442 , version 1 (20-03-2018)

Licence

Attribution - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

  • HAL Id : hal-01738442 , version 1

Cite

Vincent Lowy. Lendemains d’élection : Harvard a le blues. 2016, pp.[En ligne]. ⟨hal-01738442⟩
37 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More