Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Géopolitique de « Rogue One » (ou comment dire au revoir à l’Amérique)

Résumé : Le jour de Noël 2016 a été mis en ligne sur le site Politico un court article assez introspectif expliquant comment Rogue One, le dernier épisode de la série Star Wars, comportait de nombreux échos troublants liés à l’actualité internationale et en particulier des références à la guerre au Moyen-Orient et au terrorisme islamiste. Spécialiste de cette saga dont il a retranscrit toutes les péripéties dans le système de versification shakespearien, le jeune romancier américain Ian Doscher relève, non sans précautions oratoires, plusieurs points difficiles à contester : dans Rogue One, la troupe des rebelles qui affronte l’Empire est composée de mercenaires qui représentent (selon nos critères terriens) un certain nombre de minorités ; ils exécutent une mission délicate qui se termine en apothéose, mais laisse tout le monde sur le carreau ; ils sont mal équipés et mal coordonnés et harcèlent néanmoins avec succès un ennemi puissant et implacable qui s’emploie à maintenir l’ordre dans la galaxie… Doscher va même jusqu’à établir une analogie entre le moment où une petite navette pousse un gros vaisseau sur un autre et l’effondrement des Twin Towers percutées par des avions de ligne en septembre 2001. Toutes ces suggestions convergent pour désigner l’Empire comme une métaphore des États-Unis et les rebelles comme un succédané des terroristes islamistes qui font régner la terreur dans le monde entier depuis plus de quinze ans. Le sous-titre de l’article est assez explicite : l’Empire, c’est nous ! Et naturellement, l’auteur fait le lien avec les risques et l’angoisse que suscitent pour une majorité d’Américains – des deux partis – le comportement erratique du nouveau Commander in Chief et l’avènement de son administration. Nous savons déjà que cette dernière sera placée sous l’autorité de Steve Bannon, qui, mi-novembre, s’est empressé de décrire sa mission de conseiller à la Maison Blanche : « Dick Cheney, Dark Vador, Satan, c’est le vrai pouvoir… ». L’ancien responsable du site conspirationniste Breitbart place donc le méchant le plus populaire de la saga Star Wars au premier rang de ses héros, déclaration immature et cynique qui n’a soulevé aucune indignation tant l’état de choc qui suit l’élection de Trump est profond.
Document type :
Other publications
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01738445
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Tuesday, March 20, 2018 - 3:10:12 PM
Last modification on : Wednesday, October 16, 2019 - 1:28:27 AM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-01738445, version 1

Citation

Vincent Lowy. Géopolitique de « Rogue One » (ou comment dire au revoir à l’Amérique). 2017, https://theconversation.com/geopolitique-de-rogue-one-ou-comment-dire-au-revoir-a-lamerique-71493. ⟨hal-01738445⟩

Share

Metrics

Record views

74