Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Accident mortel de Bure, ce que nous dit Twitter du débat sur le nucléaire

Résumé : Le centre d’enfouissement de déchets nucléaires préoccupe toujours à Bure et dans toute la France. Depuis l’été 2016, la situation connaît un nouveau tournant avec l’arrivée de militants déterminés à empêcher la construction du site. Le bois Lejuc situé à quelques kilomètres des installations de l’Andra est la scène d’affrontements entre les anti-Cigéo et les forces de l’ordre. Les opposants en ont fait un lieu de vie, façon de montrer que l’opposition à Cigéo reste vive. Juchés sur leurs cabanes construites en hauteur dans les arbres, les habitants du bois sèment, récoltent, débattent du projet qu’ils entendent bien faire annuler. L’année dernière, le décès d’un ouvrier dans les profondeurs du site de Meuse/Haute-Marne de l’Andra avait suscité le débat sur Twitter. Par effet boule de neige, les premiers messages informatifs avaient provoqué indignations et questionnements à l’égard du projet Cigéo et de sa sécurité. Le hashtag #Bure rassemblait des interrogations sur le principe de l’enfouissement d’un point de vue éthique, économique ou encore sanitaire. Aujourd’hui, un nouveau chapitre s’ouvre sur les réseaux sociaux. Les habitants du bois Lejuc y diffusent des informations sous forme de photos ou de courtes vidéos. Leur but ? Montrer la situation telle qu’ils la vivent au quotidien. Le bruit des moteurs des engins de chantier déblayant les restes du mur qui avait causé des heurts l’été dernier. Il y a quelques jours, une vidéo montrait un ingénieur de l’Andra versant le contenu d’une bouteille sur des individus rassemblés au sol pour empêcher le déboisement du terrain. Le texte qui accompagne le tweet avance qu’il s’agit d’essence versée sur des opposants de Cigéo. Directement accusée, l’Andra se trouve en position de devoir répondre. Ainsi, un jeu de questions-réponses s’installe sur Twitter entre ces acteurs que tout oppose. Ces échanges directs entre anti- et pro-Cigéo sont à leur tour commentés. Les premiers dénoncent la « violence » des uns, tandis que les seconds dénoncent une manipulation des faits par les opposants qui se poseraient en victimes. Une nouvelle fois, le débat s’emballe. Comme le suggère l’illustration de Rémi Malingrëy, le « buzz » se fait autour de situations qui suscitent l’indignation. Celles-ci émergent notamment grâce au récit de la lutte menée par les des habitants du bois Lejuc. L’occupation des lieux se traduit aussi en occupation médiatique. Parce qu’elle rassemble de nouveaux militants déterminés, la lutte à Bure fait parler d’elle jusque dans les hautes sphères politiques. Des candidats à la présidentielle veulent se rendre sur les lieux, et les militants craignent les récupérations politiques. On le comprend, la situation à Bure est loin d’être réglée. Alors que la demande d’autorisation de construction se prépare et que les travaux progressent, le site attire des militants de toute part. Leurs profils très divers rappellent une chose : il y a autant de manières d’exprimer son désaccord que de personnes mobilisées. Les tweets sur Bure l’an dernier l’avaient déjà montré.
Document type :
Other publications
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01738451
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Tuesday, March 20, 2018 - 3:12:09 PM
Last modification on : Friday, May 21, 2021 - 2:23:42 PM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-01738451, version 1

Citation

Vincent Carlino. Accident mortel de Bure, ce que nous dit Twitter du débat sur le nucléaire. 2016, https://theconversation.com/un-an-apres-accident-mortel-de-bure-ce-que-nous-dit-twitter-du-debat-sur-le-nucleaire-54280. ⟨hal-01738451⟩

Share

Metrics

Record views

112