Entre loi du cadre et élaboration du discours : l'exemple de l'image sigillée

Résumé : On peut légitimement s'interroger sur le bien-fondé d'un titre qui laisse entrevoir des perspectives généralement réservées à l'étude d'oeuvres contemporaines ou de grandes dimensions. En effet, l'image sigillée est un petit objet ingrat. Sa déformation, inhérente à l'emploi d'un matériau « plastique », la cire, confère une nature labile aux empreintes de sceaux. Ce caractère instable rend le travail de l'historien de l'art plus compliqué et rebute donc la majorité d'entre eux. Or, les représentations sigillées constituent, de par leur large diffusion, le premier exemple de diffusion d'images en nombre depuis l'Antiquité 1 , faisant du sceau, bien avant les albâtres de Nottingham ou la gravure, un vecteur de propagation de modèles dont le langage est bien plus riche et complexe que celui véhiculé par la monnaie. L'image sigillée est trop souvent examinée du seul point de vue du signifiant tandis que l'étude de l'organisation interne des différents éléments constitutifs est passée sous silence. Or, si la « loi du cadre », magistralement définie par Henri Focillon, s'est imposée majoritairement aux artistes pour l'agencement des motifs, l'évolution esthétique ambiante les contraignit à s'adapter à de nouveaux champs d'expression. Dans certains cas, les graveurs surent habilement en tirer parti en fractionnant l'espace disponible, à l'instar du vitrail, ou en le dédoublant à la manière d'un diptyque. Concurremment à ces évolutions, la valeur même de la légende va connaître un véritable bouleversement. Perdant alors son rôle strictement informatif lié à l'identification du sigillant, elle devint un élément constitutif et structurel du récit à l'instar d'un phylactère. Ces constatations d'ordre purement esthétique ou linguistique débouchent nécessairement sur une approche sociétale. Force est de constater que les élites accompagnent les transformations esthétiques du sceau. Celui-ci est devenu, peut-être davantage que les armoiries, un élément caractéristique d'une maîtrise des arcanes culturelles de l'époque en raison même de la valeur juridique de l'objet. Ainsi, les commanditaires se font-ils sans doute plus exigeants concernant la création d'objets qui portent au loin une caractéristique de leur personnalité. Plus schématiquement, il est possible de considérer que la création de certains sceaux a pu suivre le même processus intellectuel que celui qui a prévalu au développement des rébus et autres charades qui firent le bonheur des lettrés de la fin du Moyen Âge. La raison d'être du sceau est l'authentification d'un acte. Cette fonction juridique semble a priori incompatible avec une recherche esthétique particulière. La légende, et nous renvoyons à l'article de M. Pastoureau consacré à ce sujet, accompagne une image conventionnelle traduisant l'identité et/ou la fonction du sigillant grâce à des symboles : regalia pour un souverain, crosse et mitre pour un évêque, éléments héraldiques pour un seigneur ou même outil pour un artisan. Au cours du XIII e siècle, sans qu'il soit possible de préciser une chronologie ou de généraliser le constat, on note un changement dans la conception du message émis, comme nous allons le voir à travers un choix d'empreintes essentiellement françaises. Cependant, les sceaux ecclésiastiques nous semblent les plus représentatifs de l'évolution du goût du XIII e au début du XVI e siècle et nous permettront de déterminer deux types de représentations s'organisant autour du sigillant. 1 Pour cette période, on rappellera simplement pour exemple les masques carthaginois en verre coloré, les statuettes grecques de Tanagra ou les petites terre-cuites romaines estampées ou moulées.
Mots-clés : Sceaux diptyque image texte
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

Cited literature [3 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01781058
Contributor : Jean-Luc Liez <>
Submitted on : Sunday, April 29, 2018 - 8:18:07 AM
Last modification on : Thursday, May 3, 2018 - 1:24:06 AM

File

Lille.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01781058, version 1

Collections

Citation

Jean-Luc Liez. Entre loi du cadre et élaboration du discours : l'exemple de l'image sigillée. Gil (Marc);Chassel (Jean-Luc). Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l'histoire de l'art, pp.497-516, 2011, 9-782905-637628. ⟨hal-01781058⟩

Share

Metrics

Record views

21

Files downloads

38