Impact of physical activity level on alexithymia and coping strategies in an over-40 multiple sclerosis population: a pilot study - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Revue Neurologique Year : 2014

Impact of physical activity level on alexithymia and coping strategies in an over-40 multiple sclerosis population: a pilot study

Impact du niveau d’activité physique sur l’alexithymie et le coping dans une population de plus de 40ans atteinte de sclérose en plaques : une étude pilote

Abstract

Introduction The aim of this study was to evaluate the impact of physical activity on alexithymia and coping strategies among people with multiple sclerosis aged over 40. The hypotheses were that physical activity should have a protective effect on alexithymia, and more particularly, on “emotional identification” and could influence coping strategies because it can be considered as a distractive coping strategy. Methods Thirty-seven patients aged 40 years or older were asked to complete a form including an identification sheet and standardized questionnaires: the Bermond-Vorst Alexithymia Questionnaire (version B), the Coping with Health Injuries and Problem Questionnaire, the Fatigue Impact Scale, and the Hospital Anxiety and Depression Scale. Results The participants with a high or moderate level of physical activity used “information research” as a coping strategy better than those who had a lower level of physical activity. They also analyzed their emotions better. The results revealed an association between these variables and anxiety, depression and fatigue. Discussion This study provides insight for future research about the impact of physical activity on multiple sclerosis.
Introduction L’objectif de cette étude était de démontrer l’impact du niveau d’activité physique (AP) sur l’alexithymie et les stratégies de coping chez des personnes de plus de 40 ans atteintes d’une sclérose en plaques (SEP). Avec les hypothèses que l’AP pourrait être un facteur protecteur vis-à-vis de l’alexithymie et notamment dans sa dimension « identification d’émotions », et qu’elle pourrait influencer l’utilisation des stratégies de coping dans la mesure où elle peut être considérée comme une stratégie distractive. Méthodologie Trente-sept sujets SEP tous âgés de plus de 40 ans ont participé à cette étude. Après avoir rempli une fiche de renseignements permettant de collecter des données sociodémographiques et médicales, chacun complétait plusieurs questionnaires : le Bermond-Vorst Alexithymia Questionnaire (B), la Neuro-CHIP, la Fatigue Impact Scale et l’Hospital Anxiety and Depression Scale. Résultats Les participants ayant une AP modérée/intense utilisent plus la recherche d’information comme stratégie de coping et présentent moins d’alexithymie surtout au niveau de l’analyse des émotions que ceux ayant une AP faible. Les résultats mettent en avant l’association de ces variables avec l’anxiété, la dépression et la fatigue qui sont des symptômes très présents dans la SEP. Discussion Cette étude permet de poser des jalons pour de futures études concernant l’impact de l’AP dans la SEP.
No file

Dates and versions

hal-01802642 , version 1 (29-05-2018)

Identifiers

Cite

M. Mosson, Lydia Peter, S. Montel. Impact of physical activity level on alexithymia and coping strategies in an over-40 multiple sclerosis population: a pilot study. Revue Neurologique, 2014, 170 (1), pp.19 - 25. ⟨10.1016/j.neurol.2013.04.009⟩. ⟨hal-01802642⟩
36 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More