Le consentement dans la pratique infirmière : « Qui ne dit mot, consent » ? - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2015

Le consentement dans la pratique infirmière : « Qui ne dit mot, consent » ?

Abstract

Today, we continually highlight the rights of patients both in the news and in our educational background. Despite this, the way they are applied in nursing practice remains unclear. During my work placement, I had to deal with several puzzling situations. So, the consent to care is the subject I chose. I have made the observation that the request for consent before performing a nursing care was rarely practiced by nurses. I restricted my research to the request from a patient free in his choices, conscious and pressure free. My research question is formulated as follows: "Why is the care consent request, which is a legal obligation and an ethical and good practice standard, so rarely applied before performing a daily nursing on medical prescription, by professionals in general care units? ". After some exploratory talks, I made the following research hypotheses: the patient would be agree to receive nursing acts by consent to hospitalization ; nurses habits, forgetfulness or ignorance of the law may be explanations for this lack of practice. My work is an exploratory study and adheres to an inductive qualitative process. I chose to conduct a case study because this method allows to obtain exhaustive information about a situation. I conducted semi-structured interviews with six nurses in the Internal Medicine and Clinical Immunology unit at Brabois Hospital. It appears that the request for consent is needed or necessary for half of the nurses but is practiced by none. The usual practice in the care and the patients' approval for the hospitalization are the two reasons given. But can we reduce nursing care in all its complexity to a simple "care task", not by neglect to the person after whom we look but by health facilities which would be "a machine to produce care"?
De nos jours, on ne cesse de mettre en avant les droits des patients aussi bien dans l'actualité que dans notre formation. Mais leur application dans la pratique infirmière reste floue et j'ai été confronté à plusieurs situations interpellantes au cours de mes stages. J'ai pu faire le constat que la demande de consentement avant la réalisation d'un soin infirmier était peu pratiqué par les infirmières. J'ai limité ma recherche à la demande faite auprès d'un patient que l'on considère comme libre dans ses choix, conscient et indépendant de toute pression. Ma question de recherche ainsi formulée est : "Pourquoi le consentement aux soins, obligation légale, principe éthique et règles de bonnes pratique est-il si peu demandé avant la réalisation d'un soin quotidien infirmier sur prescription médicale, par les professionnels, dans les services de soins généraux ? "Après quelques entretiens exploratoires, j'ai formulé comme hypothèses : l'accord du patient à une hospitalisation serait un consentement préalable aux soins infirmiers ; l'habitude, l'oubli ou la méconnaissance de la législation peuvent aussi être des explications à ce manque de pratique. Mon travail constitue une recherche exploratoire qui s'inscrit dans une démarche inductive de type qualitative. J'ai choisi la méthode d'étude de cas car elle permet d'obtenir une information exhaustive au sujet d'une situation. J'ai ainsi réalisé des entretiens semi-directifs auprès de six infirmières d'un service de médecine interne et immunologie clinique du CHU de Brabois. Il apparaît que la demande de consentement est nécessaire ou indispensable pour la moitié des infirmières mais n'est pratiqué par aucune. L'habitude dans la pratique des soins et l'accord préalable à l'hospitalisation du patient sont deux raisons évoquées. Mais peut-on réduire le soin infirmier dans toute sa complexité à un simple « soin tâche », non par négligence face à la personne soignée mais par des établissements de santé qui se verraient comme « une machine à produire des soins » ?
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_MINF_2015_DAGNEAUX_MELANIE.pdf (1.27 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01835025 , version 1 (11-07-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01835025 , version 1

Intranet access

Cite

Mélanie Dagneaux. Le consentement dans la pratique infirmière : « Qui ne dit mot, consent » ?. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨hal-01835025⟩

Collections

UNIV-LORRAINE
1008 View
14155 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More