Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Démasculiniser la langue ou la féminiser ?

Résumé : Colloque : Conflits sur/dans la langue : perspective linguistiques, argumentatives et discursives-26-29 septembre Université d'Osnabrück, Allemagne Résumé de la communication de Béatrice Fracchiolla, Université de Lorraine, CREM EA3476 : Titre : « Démasculiniser la langue ou la féminiser ? » Les débats et conflits autour de la faits de langue se formulent toujours en « faut-il ? » ou « doit-on ? ». Le présupposé du déontique étant qu'il y aurait une règle absolue propre à régir ce qui se fit/se dit ou non. C'est sur la base de cette idéologie de la règle qu'une institution comme l'Académie Française a fait ses choux gras et que la norme écrite continue de tarauder les enseignants de FLE (Fracchiolla 2008). En même temps que cette formulation s'annonce en se déclinant sous diverses variations, elle révèle également l'ignorance du fait sociolinguistique, qui s'intéresse à la variété des usages, tachant de se réfugier sous le confort rassurant d'une règle qu'il suffirait de suivre, comme en mathématiques, pour avoir tout bon. Néanmoins, la créativité linguistique, qui correspond à la diversité des usages et à une forme de productivité sémantique dans certains cas (on pense ici aux périphrases nées du politiquement correct ou, en d'autres temps, de la préciosité), fait parfois concurrence à ce qui s'étant figé en règle, demande à être déconstruit pour des raisons idéologiques. Ainsi en va-t-il de ce que l'on tend à nommer aujourd'hui « la démasculinisation de la langue », que l'on désigne aussi, encore, sous le terme de « féminisation » de la langue, pour parler essentiellement de la féminisation des titres, fonctions, et métiers. C'est sur ce sujet (démasculinisation vs féminisation) que portera notre communication. Nous observerons à travers un corpus recueilli dans la presse française les différentes implications idéologiques portées par l'un et l'autre terme, tout en questionnant également les principaux noeuds de résistance observés dans les usages, comme pour « Présidente » ou encore « Maîtresse », pour désigner une avocate. Fracchiolla, B., 2008b, « Anthropologie de la communication : la question du féminin en français », in Corela, Cognition, Représentation, Langage, Vol.6, n°2, 15 déc. 2008, Poitiers Viennot, E., 2014, Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin !
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [9 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01872145
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Tuesday, February 11, 2020 - 12:52:54 PM
Last modification on : Tuesday, February 11, 2020 - 4:06:59 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01872145, version 1

Citation

Béatrice Fracchiolla. Démasculiniser la langue ou la féminiser ?. 11e congrès de l’Association des francoromanistes allemands. Guerre et paix. Crises et conflits – nouvelles perspectives, Association des francoromanistes allemands, Sep 2018, Osnabrück, Allemagne. ⟨hal-01872145⟩

Share

Metrics

Record views

62

Files downloads

14