Les fausses nouvelles de la Grande Guerre, des « infox » avant l’heure - Université de Lorraine Access content directly
Other Publications The Conversation France Year : 2018

Les fausses nouvelles de la Grande Guerre, des « infox » avant l’heure

Abstract

« La première victime de la guerre, c’est la vérité » : cette citation tantôt attribuée à Rudyard Kipling, tantôt au sénateur américain Hiram Johnson, isolationniste convaincu qui s’opposa à l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en 1917, témoigne bien du rapport complexe à la vérité en temps de guerre. En effet, la question de la circulation de fausses nouvelles lors des conflits n’est pas récente. Chaque guerre charrie avec elle son lot de mésinformation, d’approximations et d’informations erronées, ou de désinformation, et autres contenus fallacieux destinés à tromper l’ennemi et ses troupes.Cependant, la Première Guerre mondiale se distingue à plusieurs titres des conflits précédents, tant dans la nature et les buts même des fausses nouvelles qu’on y observe que dans les processus qui facilitent, accompagnent voire encouragent leur circulation. Bien que plus que centenaires, ces « fake news » avant l’heure semblent parfois, dans leurs mécanismes et dans les raisons de leur avènement, fort similaires à celles que nous croisons jour après jour sur les réseaux.
No file

Dates and versions

hal-01913092 , version 1 (06-11-2018)

Licence

Attribution - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : hal-01913092 , version 1

Cite

François Allard-Huver. Les fausses nouvelles de la Grande Guerre, des « infox » avant l’heure. 2018, pp.[En ligne]. ⟨hal-01913092⟩
542 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More