Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Quand violence et radicalité (dé)légitiment les formes de militantisme. Le cas de l’occupation du bois Lejuc à Bure

Résumé : « Après vingt ans de colère sourde, la chape de plomb s’est fissurée. Une colère légitime s’est exprimée. » C’est en ces termes qu’un militant commente la manifestation antinucléaire du 18 février 2017 à Bure. Marquée par l’effondrement des grilles et barbelés qui entouraient un bâtiment de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) ainsi que par des affrontements avec les forces de l’ordre, celle-ci a été qualifiée de violente dans les médias. Que des violences aient lieu autour d’un projet nucléaire n’a pas de quoi surprendre. Pensons aux affrontements avec les forces de l’ordre de Plogoff et de Superphénix jusqu’au début des années 1980. L’histoire du mouvement antinucléaire porte d’ailleurs la marque de la disparition tragique d’un militant à l’issue de heurts à Creys-Malville (1977). Pourtant, la contestation de l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure est différente.
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01915493
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Wednesday, November 7, 2018 - 4:27:38 PM
Last modification on : Tuesday, April 7, 2020 - 3:41:37 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01915493, version 1

Citation

Vincent Carlino. Quand violence et radicalité (dé)légitiment les formes de militantisme. Le cas de l’occupation du bois Lejuc à Bure. Colloque Violences et radicalités militantes dans l'espace public en France des années 1980 à nos jours, Centre de recherche sur les médiations (Crem) / Université de Lorraine, Nov 2018, Metz, France. pp.51-68. ⟨hal-01915493⟩

Share

Metrics

Record views

67