Aïcha Ech-chenna, la voix des femmes sans voix au Maroc

Résumé : Aïcha Ech-chennaoccupe indéniablement une place au sein de la société civile marocaine œuvrant pour l’amélioration de la condition féminine. Figure prééminente dans le débat sur la situation des enfants illégitimes et des mères célibataires, elle s’attaque à une nébuleuse où se confondent traditions archaïques et patriarcales et fait religieux. Le tabou de la sexualité hors mariage au Maroc est tel que les naissances qui en résultent engendrent indéniablement des situations de marginalisation et d’extrême précarité pour les mères célibataires, dues au rejet des familles et à la stigmatisation sociale. L’association «Solidarité Féminine», fondée par Ech-chenna en 1985, est pionnière dans le monde arabo-musulman pour son action en faveur d’une resocialisation de ces invisibles de la société. En effet, l’autonomisation de ces femmes est le mot d’ordre au sein de l’association. Un telle action a souvent été dénoncée par les conservateurs, revendiquant qu’il s’agissait là d’une caution donnée à la prostitution, voire dans d’autres cas d’un opportunisme matériel sous couvert de travail associatif. Cette communication entend dépasser ce point de vue uniquement moral pour analyser comment le travail de Aicha Ech-chenna a été transgressif dans un contexte normatif rigide – que nous étudierons – en contribuant notamment à des évolutions juridiques significatives. Reconnue d’utilité publique par décret depuis 2002, «Solidarité Féminine» affirme son combat en soulevant le débat autour de problématiques dont témoigne son travail de terrain. Ech-chenna pointe le flou juridique qui entoure des questions telles que la protection des travailleuses domestiques mineures («petites bonnes»), la reconnaissance des mariages coutumiers ou encore l’interdiction de l’avortement. La prise de parole est fructueuse puisque les années 2000 attestent d’avancées telles que la reconnaissance juridique de la filiation par la mère ou plus récemment le droit à l’avortement en cas de viol ou d’inceste. De fait, l’action de Ech-chenna ne saurait être réduite uniquement à l’aide apportée au mères célibataires. Ma communication aura pour objectif d’éclairer le parcours militant d’une figure emblématique du féminisme au Maroc et d’analyser par ce biais son rôle dans l’évolution progressive de la condition féminine. Plus largement, l’analyse de la visibilité médiatique de Aicha Ech-chenna à partir des années 2000 au niveau national et international pourra éclairer comment le transit de l’action par les médias a permis une prise de conscience progressive de la société marocaine à des problématiques longtemps étouffées.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01915896
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Thursday, November 8, 2018 - 10:01:11 AM
Last modification on : Wednesday, October 16, 2019 - 1:28:47 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01915896, version 1

Citation

Ilham Bougroum. Aïcha Ech-chenna, la voix des femmes sans voix au Maroc. Colloque international Pleins feux sur les femmes (in)visibles, LIS (Université de Lorraine); UFR Arts, Lettres et Langues-Nancy (Université de Lorraine); Crem (Université de Lorraine), Nov 2018, Nancy, France. ⟨hal-01915896⟩

Share

Metrics

Record views

61