Skip to Main content Skip to Navigation

Lee Miller : la déconstruction du féminin et de l'histoire par la photographie pendant la première partie du XXe siècle

Résumé : Si l’histoire des femmes participe au processus de mettre en lumière les «femmes (in)visibles», rien n’a empêché Lee Miller au milieu du XXe siècle d’émettre ses craintes répétées de ne voir ses photographies publiées dans le magazine Vogue pour lequel elle travaillait. Parce que la destinée de Lee Miller a pu être peu considérée de son vivant, nous proposons de lever le voile sur cette femme, qui, à l’aube de ses trente ans, a choisi de passer de l’archétype de la beauté qui la contraignait à correspondante du magazine Vogue, accréditée auprès de l’armée américaine. Elle parcourut, appareil photo à l’œil, les camps de Buchenwald et de Dachau et s’attarda sur une iconographie considérée comme marginale: les habitants de Weimar à travers les figures des gardiens du camp occupèrent ainsi une place centrale dans son travail. Elle organisa donc un processus opératoire photographique particulier, photographiant la peur et l’inquiétude dans les regards des bourreaux et mettant en abîme les souffrances de leurs victimes. Nous analyserons ici quatre photographies: –«Wartime Fashion and Lifestyle», «Lee Miller dans la baignoire d’Hitler», «Le corps d’un garde SS dans un canal, Dachau, Allemagne, 1945» et «Beaten guards begging for mercy-Buchenwald, 1945». Dans la brutalité du rapport instauré entre ses photographies et le spectateur, aux limites du voyeurisme et de la figure de l’oppresseur, nous tenterons dans un premier temps d’identifier les caractéristiques propres à la figure féminine qu’elle a incarnée dans les années trente. Nous interrogerons dans un second temps, la spécificité et le défi personnel quant à la libération des archétypes féminins dont elle se dira emprisonnée et l’irruption de ces violences intimes qui donnent force à ses images puis, pour finir, nous examinerons, à travers les usages de la photographie, comment se dessine une posture singulière entre préoccupations et déchirements éthiques et stratégies photographiques ; le cadre et le hors champ ; le réel et la fiction. Si les études sur les femmes interrogent les terrains et les matériaux, elles sont également la possibilité d’une remise en question des critères construits comme universels, par les épistémologies du point de vue.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01915903
Contributor : Rudy Hahusseau <>
Submitted on : Thursday, November 8, 2018 - 10:04:07 AM
Last modification on : Wednesday, October 16, 2019 - 1:28:30 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01915903, version 1

Citation

Cyrielle Lévêque. Lee Miller : la déconstruction du féminin et de l'histoire par la photographie pendant la première partie du XXe siècle. Colloque international Pleins feux sur les femmes (in)visibles, LIS (Université de Lorraine); UFR Arts, Lettres et Langues-Nancy (Université de Lorraine); Crem (Université de Lorraine), Nov 2018, Nancy, France. ⟨hal-01915903⟩

Share

Metrics

Record views

77