Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Persistance de l'infliximab vers adalimumab dans la maladie de Crohn : une expérience de 14 ans au CHU de Nancy

Résumé : Objectif : L‟objectif de notre étude était de comparer la persistance de l‟infliximab et de l‟adalimumab en première et en deuxième ligne de traitement, de rechercher des facteurs associés à la persistance et d‟évaluer les raisons d‟arrêt de traitement dans au sein d‟une large cohorte de patients atteints de maladie de Crohn (MC) au CHU de Nancy. Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective, monocentrique entre juin 2002 et mai 2016 chez des patients atteints de MC, traités par infliximab ou adalimumab pendant plus de 6 mois. Les caractéristiques démographiques, et de la MC,la durée du traitement par anti-TNF, les antécédents chirurgicaux liés à la MC, ainsi que les traitements antérieurs et concomitants à l‟introduction des anti-TNF ont été collectés. Résultats : 487 patients atteints de MC ont été traités en première ligne. La persistance globale en 1e ligne de traitement était de 3,3 ans (Ecart-type 2,9 ans). Il n‟y avait pas de différence statistiquement significative entre l‟infliximab et l‟adalimumab (p=0,219). Les facteurs associés à une plus faible persistance en première ligne étaient : le sexe féminin (p=0,002), une maladie sténosante (B2) (p=0,0184) et un traitement antérieur ou concomitant par corticoïdes (respectivement p=0,0187 et p=0,0462). En 2e ligne, 134 patients ont été traités par anti-TNF. La persistance globale était de 2,5 ans (Ecart-type 2.1 ans). Il n‟y avait pas non plus de différence significative entre l‟infliximab et l‟adalimumab en 2e ligne de traitement (p=0,488). L‟âge (p<0.016) était le seul facteur associé à une plus faible persistance en 2e ligne de traitement. Les principales causes d‟arrêt du traitement par anti-TNF étaient : une perte d‟efficacité, une réaction liée à la perfusion, une réaction d‟hypersensibilité retardée, une infection, un cancer. Conclusion : Dans cette grande cohorte de patients atteints de MC s‟étalant sur une période de 14 années nous n‟avons pas retrouvé de différence en terme de persistance entre l‟infliximab et l‟adalimumab. La persistance globale en première ligne était de 3,3 ans et de 2,5 ans en deuxième ligne de traitement par anti-TNF.Les facteurs associés à une plus faible persistance étaient le sexe féminin, une maladie sténosante, un traitement antéireur et concomitant par corticoïdes et l‟âge.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [145 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01931847
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:30:11 AM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:08 PM

File

BUMED_T_2016_THIRIET_LINDA.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931847, version 1

Citation

Linda Thiriet. Persistance de l'infliximab vers adalimumab dans la maladie de Crohn : une expérience de 14 ans au CHU de Nancy. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01931847⟩

Share

Metrics

Record views

42

Files downloads

115