Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Apport de l’échographie pelvienne 3D dans le diagnostic et l’étude de prévalence des patientes atteintes d’adénomyose

Résumé : Introduction : L’adénomyose est une pathologie bénigne de l’utérus. Sa prévalence est difficile à estimer du fait d’un diagnostic anatomopathologique. L’échographie pelvienne 3D semble être un outil intéressant dans le diagnostic d’adénomyose avec une bonne sensibilité et spécificité dans la littérature. L’objectif de cette étude est d’évaluer les performances de l’échographie 3D dans le diagnostic de l’adénomyose, d’en estimer la prévalence grâce à l’échographie 3D et d'analyser les caractéristiques des patientes atteintes. Matériels et méthodes : Dans un premier temps, nous avons effectué une étude rétrospective, incluant toutes les patientes ayant bénéficié d’une hystérectomie et d’une échographie 3D à la Maternité de Nancy sur 18 mois. Les résultats anatomopathologiques ont été comparés aux comptes-rendus échographiques. Dans un second temps, une étude prospective a été réalisée auprès de toutes les patientes consultant pour une échographie pelvienne pendant 6 mois. Un seul des critères échographiques suivants était suffisant pour diagnostiquer l’adénomyose : microkystes anéchogènes, stries linéaires anéchogènes, zone de jonction épaissie et/ou irrégulière, asymétrie des murs myométriaux, adénomyome. Les caractéristiques des patientes atteintes ont été relevées par questionnaire. Résultats : L’étude rétrospective a concerné 248 patientes ayant eu une hystérectomie dont 81 avaient bénéficié d’une échographie pelvienne 3D préopératoire. La prévalence de l’adénomyose anatomopathologique était de 43%. La sensibilité de l’échographie était de 78% et la spécificité de 78%, ces valeurs étant augmentées si l’on excluait les patientes de plus de 50 ans, les cancers pelviens et les fibromes associés. La deuxième partie de l’étude a porté sur 261 patientes adressées pour une échographie pelvienne. La prévalence de l’adénomyose échographique était de 23%. Les patientes atteintes étaient significativement âgées de 35 à 50 ans et présentaient des symptômes hémorragiques ou douloureux. La multiparité n'a pas été retrouvée comme facteur de risque indépendant. Aucune différence significative n’a été retrouvée concernant l’infertilité ou l’endométriose. Conclusion : L’échographie pelvienne 3D est performante dans le diagnostic d’adénomyose. Nos données sont néanmoins moins bonnes que celles attendues, mais reflètent une pratique courante et une population moins sélectionnée. Sa facilité d’accès et son innocuité sont un avantage face à l’IRM mais d’autres études sont nécessaires pour comparer ces deux examens. La prévalence des signes échographiques d’adénomyose est de l’ordre d’une femme sur cinq dans notre population, plus faible que celle estimée par l’analyse des pièces d’hystérectomie. Elle semble toucher majoritairement les femmes entre 35 et 50 ans et présentant des symptômes douloureux ou hémorragiques. Les résultats de cette étude peuvent être biaisés par le risque de faux négatifs ou faux positifs de l’échographie 3D et par le biais de sélection de la population de femmes consultant pour une échographie pelvienne. Des études en population générale seraient nécessaires pour confirmer ces résultats.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [44 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01931911
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:32:19 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:32 PM

File

BUMED_T_2016_BOUSCHBACHER_LAUR...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931911, version 1

Citation

Laurianne Bouschbacher. Apport de l’échographie pelvienne 3D dans le diagnostic et l’étude de prévalence des patientes atteintes d’adénomyose. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01931911⟩

Share

Metrics

Record views

57

Files downloads

624