Thyroïdites secondaires à l’utilisation des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire : étude rétrospective de la Base Française de Pharmacovigilance - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2017

Thyroiditis and immune check point inhibitors : a national descriptive retrospective non-interventional study through the French Pharmacovigilance Database

Thyroïdites secondaires à l’utilisation des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire : étude rétrospective de la Base Française de Pharmacovigilance

Abstract

Introduction : l’immunothérapie avec l’utilisation des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire dans le traitement du cancer est récente. Elle est utilisée dans les cancers de sombres pronostics comme le mélanome et le cancer bronchique non à petites cellules et ses indications tendent à augmenter. Malheureusement les effets secondaires sont fréquents et notamment les effets endocriniens. Cette étude a pour but de décrire les thyroïdites secondaires à l’utilisation des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire commercialisés actuellement en France et renseignées dans la Base Française de Pharmacovigilance. Méthode : il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive et analytique des déclarations spontanées des cas de thyroïdites survenues après l’utilisation du nivolumab, du pembrolizumab et de l’ipilimumab, recueillies avant le 30 avril 2017. Résultats : au cours de cette période, 110 thyroïdites ont été retenues. Le ratio homme/femme était à peu près de 1. La plupart des cas (44,2%) étaient asymptomatiques. Le mode de révélation de la maladie par une hypothyroïdie ou une thyrotoxicose était également représenté avec 55 cas chacun. On ne note pas de survenue d’orbitopathie. Les anticorps sont peu informatifs avec seulement 16% de positivité. L’échographie était positive dans 19% des cas. La supplémentation par lévothyroxine était nécessaire chez 57% des patients (tout mode de révélation confondu) et 19% ont pu arrêter leur traitement. Le traitement par immunothérapie a pu être poursuivi dans la grande majorité des cas. Conclusion : les effets thyroïdiens sont de plus en plus fréquents de fait de l’augmentation des indications cancéreuses des traitements par inhibiteur du point de contrôle immunitaire. Ces thyroïdites sont le plus souvent asymptomatiques et s’accompagnent d’un déficit hormonal nécessitant une supplémentation. Il est donc nécessaire de réaliser une prise en charge multidisciplinaire du patient avec des contrôles précoces et réguliers.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2017_GARON_CZMIL_JULIE.pdf (1.54 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01931989 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01931989 , version 1

Cite

Julie Garon-Czmil. Thyroïdites secondaires à l’utilisation des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire : étude rétrospective de la Base Française de Pharmacovigilance. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01931989⟩
34 View
591 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More