Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Existe-il une attente de formation de l'aide opératoire en chirurgie robotique ? : résultats d'une enquête réalisée sous l'égide de l'Association Francaise des Urologues en Formation

Résumé : Objectif : Depuis l’essor de la chirurgie robotique, l’opérateur n’est plus constamment en contact avec son patient lors de l’intervention, c’est son aide qui garde le contact avec le malade. Nous avons voulu connaître les pratiques actuelles en France de l’aide opératoire robotique auprès de ceux qui seront amenés à devenir opérateur principal et les besoins d’une formation spécifique. Matériel et méthode : un questionnaire en ligne a été envoyé grâce à la mailing-list de l’AFUF aux internes et assistants/chefs de clinique en urologie de France. Résultats : Du 28/01/2016 au 29/03/2016, 86 personnes ont répondu à l’enquête. Ils avaient validé 3.6 semestres en urologie dont 2.4 où la chirurgie robotique était pratiquée. 73.3% ont reçu un entraînement coelioscopique sur simulateur. Il existait une différence significative entre le fait d’avoir une école de chirurgie dans la région et le fait d’avoir bénéficié d’un entraînement sur simulateur(s) (p=0.0033). 36% des sondés n’avaient accès à la chirurgie robotique que dans leur C.H.U., mais 64.7% n’avaient exercé l’aide opératoire robotique qu’au C.H.U. Ils étaient 64% à juger l’apprentissage de la chirurgie robotique pendant l’internat ou l’assistanat indispensable. 91.9% considéraient que la formation des internes était nécessaire ; elle devrait être supervisée par leur Université-C.H.U. pour 59.5% d’entre eux. La durée idéale moyenne d’une telle formation serait de 6.4 jours. 58.1% pensaient qu’elle devrait prendre place en 1ère ou 2ème année d’internat. 54.7% auraient été prêts à se déplacer dans un centre national unique. Plus de la moitié des sondés avaient commencé l’aide robotique avant le 4ème semestre et 30.2% n’étaient pas été accompagnés lors de leur première intervention. 69.8% se sentaient à l’aise au bout de 5 à 10 interventions aidées. 87.2% des participants pensaient qu’avoir été aide opératoire en chirurgie robotique était utile lors du passage à la console en tant qu’opérateur et pour 48.2% d’entre eux, c’était indispensable. 72.1% des sondés étaient issus de centres où il n’y avait pas d’exigence de formation au moment de passer à la console. Conclusion : il existe une nécessité et une attente au développement d’une formation d’aide opératoire en chirurgie robotique selon les internes et assistants/chefs de clinique en urologie de France.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [31 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932063
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Friday, November 23, 2018 - 8:37:38 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:50:35 PM

File

BUMED_T_2016_LAGRANGE_FRANCOIS...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932063, version 1

Citation

François Lagrange. Existe-il une attente de formation de l'aide opératoire en chirurgie robotique ? : résultats d'une enquête réalisée sous l'égide de l'Association Francaise des Urologues en Formation. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01932063⟩

Share

Metrics

Record views

37

Files downloads

111