Visibilité et profondeur de la ligne de démarcation stromale par tomographie en cohérence optique après cross-linking du collagène cornéen : comparaison entre la riboflavine iso-osmolaire et hypo-osmolaire - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2017

Visibility and depth of the stromal demarcation line after corneal collagen cross-linking (CXL) using anterior segment optical coherence tomography (AS-OCT) : comparison between iso-osmolar and hypo-osmolar riboflavin

Visibilité et profondeur de la ligne de démarcation stromale par tomographie en cohérence optique après cross-linking du collagène cornéen : comparaison entre la riboflavine iso-osmolaire et hypo-osmolaire

Abstract

But : évaluer et comparer la visibilité et la profondeur de la ligne de démarcation stromale par OCT de segment antérieur après cross-linking du collagène cornéen entre 2 groupes : CXL avec riboflavine hypo-osmolaire et iso-osmolaire. Design : étude rétrospective. Méthode : les patients consécutifs ayant bénéficié d’un traitement par crosslinking accéléré ( UVA : 10 minutes, 9mW/cm² ) pour kératocône progressif ont été inclus. Une évaluation par OCT de segment antérieur (RS-3000, NIDEK) était réalisée 1 mois après l’intervention : la visibilité de la ligne de démarcation était cotée : grade 0 = ligne non vue, grade 1 = ligne visible mais non clairement définie, grade 2 = ligne visible, clairement définie. La profondeur de la ligne de démarcation était également mesurée. Résultats : 75 yeux de 58 patients, d’âge moyen 25,2 ans ± 9,1ont participé à l’étude. Le Kmax moyen pré-opératoire était de 57,4 D ± 5,4. La pachymétrie minimale moyenne était de 474,3 μm ± 35,7. La profondeur moyenne de la ligne de démarcation, évaluée par OCT 1 mois après la procédure était de 331,2 μm ± 62,7. Une ligne de démarcation était visible (grade 1 et 2) chez 54 (72%) des yeux traités. Une corrélation modérée significative était retrouvée entre l’âge des patients et la profondeur de la ligne de démarcation : des lignes plus profondes étaient retrouvées chez les patients plus âgés (r = 0.38, p = 0.005, intervalley de confiance 95% [0,12 ; 0,58]). 41 patients ont été inclus dans le groupe “iso-osmolaire” et 34 dans le groupe “hypo-osmolaire” : ni la visibilité ni la profondeur de la ligne de démarcation n’étaient significativement différentes entre les 2 groupes. La profondeur moyenne était de 334,5μm ± 67,5 et 328,1μm ± 59,0 pour les groupes “iso-osmolaire” et “hypo-osmolaire” respectivement (p = 0.82). Une ligne de démarcation était visible (grade 1 et 2) chez 26 yeux (63.4%) et 28 yeux (82.4%) pour les groupes “iso-osmolaire” et “hypoosmolaire” respectivement (p = 0.12). Conclusion : L’utilisation de riboflavine iso- osmolaire ou hypo-osmolaire pour la réalisation du crosslinking ne modifie pas significativement la visibilité ou la profondeur de la ligne de démarcation évaluée par OCT 1 mois après la procédure.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2017_LHUILLIER_LOUIS.pdf (1.19 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01932403 , version 1 (23-11-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01932403 , version 1

Cite

Louis Lhuillier. Visibilité et profondeur de la ligne de démarcation stromale par tomographie en cohérence optique après cross-linking du collagène cornéen : comparaison entre la riboflavine iso-osmolaire et hypo-osmolaire. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01932403⟩
120 View
284 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More