Changement du phénotype de la sclérose en plaques selon les générations de patients d'origine nord-africaine

Résumé : Introduction: Plusieurs études laissent non résolu la question de l’effet de la migration des populations sur les caractéristiques de la sclérose en plaques (SEP). Récemment il a été évoqué que le risque de SEP chez les secondes générations de migrants approcherait le risque de SEP du pays hôte avec par exemple une augmentation de la prévalence de SEP chez les natifs d’Israël d’origine africaine ou asiatique par rapport à la population immigrante en Israël née en Afrique ou en Asie. La même donnée a été retrouvée chez les pakistanais de 2ème génération nés en Norvège. La migration des populations peut également permettre d’étudier les différents phénotypes de SEP. Ce qui est le cas par exemple chez les Africains Américains qui ont un plus grand risque de progression de la maladie que les Caucasiens Américains ou encore chez les Nord Africains (NA) immigrés en France. Plusieurs études mettent aussi en évidence un début d’âge plus jeune chez les 2ème générations. Dans cette étude nous nous intéressons au changement du phénotype de la sclérose en plaques selon les générations des patients d’origine Nord-Africaine ayant migré en France. Matériel et Méthodes : Les patients ont été identifiés à travers la cohorte ReLSEP (Registre Lorrain de la Sclérose en Plaques). Nous avons comparé les caractéristiques cliniques et évolutives de 5347 patients européens (E) avec celles de 80 patients NA de première génération (NA1G) et celles de 174 patients NA de seconde génération (NA2G). Nous avons utilisé des modèles de cox et établi des courbes de survies concernant le risque de progression de la maladie vers l’EDSS 3 et 6. Résultats: Les patients NA2G auraient un début de maladie plus précoce que les européens (29.2 +/-9.6 versus 33.4 +/-10.8; p<0,0001). Après ajustement sur les facteurs de confusion (sexe, âge, type de SEP et l’âge de début) les études multivariées mettent en évidence un risque plus élevé de progression vers l’EDSS 3 et l’EDSS 6 chez les NA1G que chez les E avec un hazard ratio(HR) de 1.385 (95%CI 1.043-1.838 ; p=0.0243) pour l’EDSS 3 et un HR de 2.321 pour l’EDSS6 (95% CI 1.632-3.302 ; p<0.0001); alors que les NA2G auraient la même évolution que les E avec un HR de 1.173 (95% CI 0.925-1.486 ; p=0.1880) pour l’EDSS 3 et un HR de 1.450, (95% CI 0.955-2.201 ; p=0.0813) pour l’EDSS6. Discussion: Nous avons mis en évidence une différence de progression de la maladie entre les NA1G et les E alors que les NA2G auraient un profil d’évolution similaire aux E. Cette découverte est majeure et des futures études permettraient ainsi de clarifier le rôle respectifs des gènes et de l’environnement sur le risque de survenue et de progression de la SEP
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01943024
Contributor : Thèses Ul <>
Submitted on : Monday, December 3, 2018 - 3:36:24 PM
Last modification on : Tuesday, December 4, 2018 - 10:34:14 AM
Long-term archiving on : Monday, March 4, 2019 - 2:52:14 PM

File

BUMED_T_2016_NARDIN_CLOTILDE.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01943024, version 1

Collections

Citation

Clotilde Nardin. Changement du phénotype de la sclérose en plaques selon les générations de patients d'origine nord-africaine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01943024⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

62