Prise en charge de la dyspnée chez les patients atteints de BPCO, étude en vraie vie en région Lorraine

Résumé : Objectif : L’objectif principal de cette étude est la description du symptôme de dyspnée et de sa prise en charge chez les patients atteints de BPCO en Lorraine. Méthodes : Notre étude est réalisée en deux parties. La première partie est une étude prospective descriptive via la cohorte iBPCO. La population étudiée concerne les 120 premiers patients inclus, au sein du CHU de Nancy du 01/06/15 au 25/02/16. La seconde partie est une étude déclarative multicentrique via un questionnaire réalisé par le groupe dyspnée de la SPLF, adapté aux patients BPCO, envoyé aux pneumologues de Lorraine. La dyspnée sévère est définie par un stade mMRC ≥ 3. Parmi les patients dyspnéiques sévères, une dyspnée réfractaire est retenue si la dyspnée sévère persiste plus de 3 mois, malgré un traitement optimal de la pathologie sous-jacente, avec une intensité importante. Résultats : Parmi les 120 patients inclus, 52 patients (43%) sont obèses et 19 patients (16%) ont une insuffisance cardiaque. Soixante-quatre patients (53%) ont une dyspnée sévère, dont 41 patients (soit 64% d’entre eux) ont une dyspnée réfractaire. Concernant les comorbidités, il n’y a pas de différence significative entre le groupe dyspnée sévère et non sévère. Les patients qui ont une dyspnée sévère ont significativement plus de symptômes anxio-dépressifs (SAD) que les non sévères : score HAD anxiété positif (>10) 34,4% versus 11,1% (p=0,003) ; score HAD dépression positif (>10) 31,1% versus 7,4% (p=0,001). Parmi les 120 patients inclus, 41 patients (34%) ont eu une réhabilitation respiratoire (RR). Concernant les patients avec une dyspnée sévère, 41% ont effectué une RR et 94% ont un traitement pharmacologique étiologique considéré optimal selon les recommandations de la SPLF. Les patients qui ont une dyspnée réfractaire ont eu une RR pour 41,5% d’entre eux. Aucun patient n’a de traitement symptomatique par morphinique à visée eupnéisante. D’après le questionnaire, la prise en charge non pharmacologique de la dyspnée concerne essentiellement la RR et la pratique sportive. Les morphiniques à visée eupnéisante par voie systémique sont le traitement pharmacologique le plus déclaré, particulièrement en situation palliative à 91%. Les jeunes médecins (<10 ans d’expérience) semblent plus réticents que leurs aînés à la prescription de morphiniques dans ce contexte. Quarante pour cent des médecins réticents à l’utilisation de morphiniques le justifient par manque de recommandations. Conclusion : La prise en charge de la dyspnée et des comorbidités fréquentes comme les SAD dans le cadre de la BPCO n’est pas optimale. Promouvoir la RR et les traitements pharmacologiques symptomatiques représentent un élément déterminant dans la prise en charge globale de la BPCO.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01945653
Contributor : Memoires Ul <>
Submitted on : Wednesday, December 5, 2018 - 2:00:46 PM
Last modification on : Wednesday, December 5, 2018 - 3:21:41 PM
Long-term archiving on : Wednesday, March 6, 2019 - 2:06:52 PM

File

BUMED_T_2017_CARETTE_DE_FRANSS...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01945653, version 1

Collections

Citation

Hortense Carette-de Franssu. Prise en charge de la dyspnée chez les patients atteints de BPCO, étude en vraie vie en région Lorraine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2017. ⟨hal-01945653⟩

Share

Metrics

Record views

60

Files downloads

295