Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Morphodial : enquête prospective observationnelle de la tolerance et de l’efficacite des morphiniques majeurs chez l’insuffisant rénal chronique terminal

Résumé : Un patient sur deux souffrant d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) déclare ressentir des douleurs dont l’origine est majoritairement ostéo-articulaire, vasculaire et neuropathique. La prise en charge de cette douleur est insuffisante puisque les trois quart des patients ont une douleur d’intensité modérée à sévère. Le maniement des antalgiques est rendu difficile par la contre-indication des anti-inflammatoires non stéroïdiens et de la morphine dans cette population. Une étude prospective observationnelle multicentrique a été menée sur l’ensemble des centres de dialyse d’Alsace afin d’évaluer la tolérance et l’efficacité des morphiniques majeurs dans le traitement de douleurs de durée supérieure à 72 heures. Les patients inclus souffraient d’IRCT et un traitement par morphinique majeur a été initié lors de l’inclusion. Quatre visites de suivi étaient planifiées pendant un mois lors desquelles ont été évalués la douleur, la qualité de vie des patients et les effets indésirables des morphiniques. Onze patients hémodialysés ont été inclus en 9 mois. Les patients ont été traités par un médicament morphinique principalement pour le traitement d’une douleur ostéo-articulaire en poussée (n=6/11) et/ou vasculaire (n=4/11) et/ou neuropathique (n=3/11) ou nociceptive (n=1) avec une intensité moyenne de 7/10. Le fentanyl a été initié chez 7 patients et l’oxycodone chez 4 patients. Cinq patients sur 11 n’ont présenté aucun effet indésirable. Pour les 6 autres patients, les effets indésirables étaient identiques à ceux rencontrés dans la population générale : somnolence (n=5), constipation (n=2), nausées (n=1), céphalées (n=1), confusion (n=2), vertiges (n=1) et dyspnée (n=1). Le traitement morphinique a été arrêté chez 1 patient pour effet indésirable. Les intensités douloureuses au moment présent et les plus intenses depuis 8 jours étaient significativement différentes après initiation du morphinique. Les scores d’impact de la douleur sur l’humeur, le sommeil et le goût de vivre étaient significativement différents entre J0 et J7 ou J14. Dans cette population, les morphiniques majeurs présentent un profil de tolérance proche de celui de la population générale. Les morphiniques majeurs ont soulagé des douleurs réputées réfractaires à la condition d’initier le traitement par de l’oxycodone à libération immédiate ou prolongée ou du fentanyl à libération prolongée à la posologie minimale puis d’augmenter progressivement la posologie si nécessaire. Il convient néanmoins de réévaluer précocement la nécessité du maintien du traitement.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [108 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01947078
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Thursday, January 9, 2020 - 12:18:59 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:43:57 PM
Long-term archiving on: : Saturday, April 11, 2020 - 12:53:10 PM

File

BUPHA_T_2017_ROY_SOPHIE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01947078, version 1

Citation

Sophie Roy. Morphodial : enquête prospective observationnelle de la tolerance et de l’efficacite des morphiniques majeurs chez l’insuffisant rénal chronique terminal. Sciences pharmaceutiques. 2017. ⟨hal-01947078⟩

Share

Metrics

Record views

48

Files downloads

71