Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Prévention de l'acidocétose au diagnostic du diabéte de l'enfant et de l'adolescent en Meurthe-et-Moselle : analyse des circonstances du diagnostic de 2011 à 2014, état des lieux des pratiques des médecins généralistes

Résumé : Objectif : L'objectif était d'étudier l'efficacité de la campagne de prévention de l'acidocétose au diagnostic du diabète de type 1 auprès des médecins généralistes du département, et de relayer cette campagne à l'échelle locale, pour diminuer encore le nombre d'acidocétoses au diagnostic. Matériel et méthodes : L'état clinique, biologique, et le parcours initial des enfants meurthe-et-mosellans pris en charge au CHU de Nancy de 2011 à 2014 pour la découverte d'un diabète de type 1 ont été recueillis de façon rétrospective, par consultation des dossiers. Parallèlement, 735 médecins généralistes installés en Meurthe-et-Moselle ont reçu un questionnaire portant sur leurs connaissances et leurs pratiques quant au diagnostic du diabète de l'enfant, suivi des réponses et d'une fiche d'aide au diagnostic, avec le numéro de téléphone d'astreinte des médecins de l'équipe de diabétologie pédiatrique. Résultats : 74 patients ont été inclus. 27 % sont arrivés en acidocétose (pH<7,30), 12,2 % en acidocétose sévère (pH<7,10). Parmi eux, aucun enfant n'avait moins de 5 ans. 60 % étaient adressés par un médecin généraliste, moins de 10 % par un pédiatre, 22 % venaient de leur propre initiative. La moitié avait eu une glycémie veineuse avant de venir à l'hôpital. Moins de 15 % avaient eu une glycémie capillaire, et 12 % une bandelette urinaire. 97 % souffraient pourtant de polyuro-polydipsie. Le fait d'avoir un antécédent familial de diabète de type 1 était protecteur vis-à-vis de l'acidocétose (p=0,05). Le fait que la famille soit à l'initiative de l'hospitalisation était un facteur de risque d'acidocétose (p=0,03). 21 % des médecins interrogés ont répondu au questionnaire. 3,3 % avaient eu connaissance de la campagne de l'AJD. 77 % demandaient une glycémie veineuse en laboratoire avant toute prise en charge, 48 % demandaient même une glycémie à jen. Plus de 80 % orientaient l'enfant correctement, mais seulement 65 % le faisaient immédiatement. Le fait d'avoir déjà fait ce diagnostic ou de suivre un enfant atteint de diabète améliorait un peu la démarche diagnostique. Discussion : La campagne de l'AJD a très peu atteint les médecins généralistes du 54. Leurs connaissances théoriques étaient globalement correctes, mais leurs pratiques différaient totalement, montrant toute l'ambiguïté de ce diagnostic pour les médecins. La fréquence de l'acidocétose est toujours trop élevée, surtout pour sa forme sévère, et les moyens simples de faire le diagnostic que sont la bandelette urinaire ou la glycémie capillaire ne sont pas suffisamment utilisés. Il convient de poursuivre le recueil de données et les efforts de sensibilisation, en diffusant les outils de la campagne le plus largement possible, aux professionnels de santé comme au grand public.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/prive/BUMED_T_2016_MEYER_BISCH_MARIE.pdf
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01947180
Contributor : Colette Orange <>
Submitted on : Thursday, December 6, 2018 - 3:22:52 PM
Last modification on : Friday, May 1, 2020 - 3:37:18 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01947180, version 1

Citation

Marie Meyer-Bisch. Prévention de l'acidocétose au diagnostic du diabéte de l'enfant et de l'adolescent en Meurthe-et-Moselle : analyse des circonstances du diagnostic de 2011 à 2014, état des lieux des pratiques des médecins généralistes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2016. ⟨hal-01947180⟩

Share

Metrics

Record views

33