Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La question de l’Autre en économie

Résumé : Parmi les plus remarquables efforts de conceptualisation de la question de l’autre, nous trouvons un fondateur de l’économie politique, Adam Smith, lorsque cet auteur évoque la figure du spectateur impartial dans sa Théorie des Sentiments Moraux : « l’homme au-dedans du cœur, le spectateur abstrait et idéal de nos sentiments et de notre conduite, demande souvent à être éveillé et amené à son devoir (duty) par la présence d’un spectateur réel. Et c’est toujours du spectateur de qui nous pouvons attendre le moins de sympathie et d’indulgence, que nous sommes susceptibles d’apprendre la leçon de maîtrise de soi la plus complète » (Smith 1759, 218). Ce passage rend compte du caractère double du concept inédit de spectateur impartial. Il y est question « de l’homme intérieur, du grand juge et arbitre de notre conduite » (ibid., 199-200). Cet « homme au-dedans du cœur » (the man within the breast) est caractérisé par Smith comme raison, principe, conscience (reason, principle, conscience) et correspond à la capacité de raisonner dont chacun d’entre nous est porteur. « Raisonner » signifie ici l’aptitude à prendre de la distance vis-à-vis de soi-même, en d’autres termes, à se considérer soi-même comme objet de réflexion dans un souci d’impartialité. Mais Smith estime en outre que sans sollicitation extérieure, cette aptitude reste la plupart du temps à l’état latent ; elle nécessite d’être « éveillée » (awakened) et stimulée par un « spectateur réel » (real spectator). Or, ce qui est particulièrement remarquable dans les analyses de Smith, c’est que ledit spectateur réel est supposé être lui-même pourvu des mêmes caractéristiques que le spectateur interne. En effet, il est censé également être impartial dans la mesure où il se tient à « une certaine distance » (a certain distance) de nous. Autrement dit, plus le spectateur externe est éloigné, plus grande est son impartialité. Par conséquent, il n’est pas partie prenante de nos désirs et intérêts immédiats, ou des différentes conceptions de la vie bonne que nous pouvons adopter. L’irruption du spectateur réel au sein de notre « position naturelle » (natural station) nous rend à même d’interroger nos habitudes et coutumes à la lumière de la diversité du monde : « nous ne pouvons jamais examiner nos sentiments et nos motifs, nous ne pouvons jamais former un jugement les concernant, à moins de quitter, pour ainsi dire, notre position naturelle, et de nous efforcer de les voir comme s’ils étaient à une certaine distance de nous-mêmes. Or, nous ne pouvons le faire d’aucune autre façon qu’en nous efforçant d’observer ces motifs et sentiments avec les yeux des autres, ou comme les autres les observeraient » (ibid., 171-2).
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02167800
Contributor : Séverine BALDASSO Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, June 28, 2019 - 10:51:48 AM
Last modification on : Tuesday, February 22, 2022 - 5:55:34 PM

Identifiers

Collections

Citation

Ragip Ege, Herrade Igersheim. La question de l’Autre en économie. Revue de Philosophie Economique / Review of Economic Philosophy, Vrin ; De Boeck, 2017, 18 (1), pp.3-11. ⟨10.3917/rpec.181.0003⟩. ⟨hal-02167800⟩

Share

Metrics

Record views

63