Quand les chercheurs évaluent des dispositifs de formation : entre contrôle et formation

Abstract : La question de l’évaluation et en particulier de l’évaluation des dispositifs de formation est une question vive. En témoigne la parution récente de nombreux articles et ouvrages scientifiques interrogeant l’évaluation du point de vue des dispositions prises tant dans le champ de la formation formelle que dans celui de la production de biens et de services, autant pour en poser les principes et les méthodes au service du développement des activités et des personnes que pour en dénoncer les effets pervers. Mais ce qui apparait aujourd'hui relativement nouveau pour le chercheur en sciences de l'éducation est sans doute la demande croissante d'évaluation des dispositifs éducatifs qui lui est adressée de la part des pouvoirs publics Du côté des politiques publiques, l’usage de l’évaluation, largement inspiré des méthodologies employées aux Etats-Unis depuis quelques décennies, se diffuse en Europe. Cette place prise par l’évaluation dans l’élaboration et le développement des politiques publiques ne va pas sans poser un certain nombre de questions aux sciences sociales qui sont dès lors très largement sollicitées et ce, et c’est en cela que réside principalement la nouveauté, non plus en aval des mesures mises en place pour en étudier les effets, mais dès l’amont, avant même leur dissémination, positionnant ainsi la mesure et le propos scientifiques comme instruments de légitimation des orientations à prendre. Ne peut-on considérer «que l’évaluation et les sciences sociales ne font après tout qu’une seule et même chose», se demandent Felouzis et Hanhart (2011, p.17) s’interrogeant sur les usages et effets des évaluations, notamment chiffrées. Question qui prend toute sa pertinence si l’on entend que les sciences humaines constituent in fine une forme de jugement tant sur les choses que sur l’esprit des choses. Quelles sont alors les conditions à partir desquelles envisager une éventuelle généralisation d’un dispositif à partir de son évaluation et comment, convoqué en tant qu'expert produisant des résultats pour l'action, le chercheur peut-il tenir son rôle de chercheur produisant des connaissances sur et par l'action? Telles sont les questions par lesquelles auxquelles nous proposons de participer à ce symposium, en nous appuyant sur notre expérience propre de conduite de projets de "recherche-évaluation". Nous défendrons l'idée que l’évaluation, à la condition de s'exercer dans un cadre de recherche coopératif, constitue un espace-temps privilégié de la production en continu du sens commun qui fonde l’action. En permettant la mise en visibilité de l’expérience des acteurs, en accompagnant sa subjectivation c’est-à-dire en donnant à comprendre et dire les références à partir desquelles elle s’élabore, elle ouvre un espace pour l’intersubjectivité propre aux modes de reconnaissance des individus et des dispositifs
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02269220
Contributor : Isabelle Houot <>
Submitted on : Thursday, August 22, 2019 - 2:55:05 PM
Last modification on : Friday, August 23, 2019 - 1:18:24 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02269220, version 1

Collections

Citation

Isabelle Houot. Quand les chercheurs évaluent des dispositifs de formation : entre contrôle et formation. Colloque international : 50 ans de recherches en éducation, mêlées et démêlées, Symposium Evaluation en tant que pratique sociale : contrôler pour (de)valoriser et/ou accompagner pour (de)former.Yvan ABERNOT (EFTS), Emmanuelle ANNOOT (CIRNEF), Lucie AUSSEL (EFTS), Sep 2017, Toulouse, France. ⟨hal-02269220⟩

Share

Metrics

Record views

18