Cas du tétrachlorométhane (CCl4) détecté dans l’air ambiant - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Cas du tétrachlorométhane (CCl4) détecté dans l’air ambiant

Margaux Clesse

Abstract

Thanks to sampling campaigns carried out as part of the national methodology for managing polluted sites and soils (Ministry of Environment, Energy and the Sea, 2018), the study office IDDEA found that Carbon Tetrachloride (CCl4) was detected in ambient air at some polluted sites but also at the level of the local control sample. So why is CCl4 regularly detected? Is its presence solely related to the historical activities of the sites or is it ubiquitous? Is there a local background noise in CCl4? Although CCl4 has been banned since 1995, there are still indirect discharges via chloromethane and perchloroethylene plants. Thus, they can be found ubiquitously in the ambient air. The results of this study showed that the concentration measured in CCl4 at different selected sites are all of the same order of magnitude and range from approximately 0.2 and 0.6 μg/m3, Control samples have a concentration similar to those measured on site and are within the range of ubiquitous concentrations provided by INERIS (0.5 to 1 μg/m3). It would be due to indirect discharges but also to unknown pathways. The surveyed sites showing these trends are distributed heterogeneously in the North-West quarter of France. In addition, the sampling season can play a role in the volatility of the compounds and thus in the measured concentrations. At the health level, the methodology for polluted sites and soils is based mainly on the R1 threshold in health risk studies, but the latter is based solely on the toxicology of the molecule and does not take into account background noise. This is much lower (0.24 μg/m3) than the ubiquitous value (0.5-1 μg/m3). Thus, there may be a local and heterogeneous background noise, but many uncertainties must be taken into account: field manipulations, laboratory methods of analysis, limit of quantification, sampling time, very low representativeness of results. The data acquired by IDDEA thus make it possible to meet the expectations of its customers but not to make a clear decision on the existence of background noise.
Grâces à des campagnes de prélèvements réalisées dans le cadre de la méthodologie nationale de gestion des sites et sols pollués (Ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la Mer, 2018), le bureau d’études IDDEA a fait la constatation que du tétrachlorométhane (CCl4) a été détecté dans l’air ambiant au niveau de certains sites pollués mais aussi au niveau de l’échantillon local témoin. Ainsi, pourquoi le CCl4 est-il régulièrement détecté ? Sa présence est-elle uniquement liée aux activités historiques des sites ou est-il ubiquitaire ? Existe-t-il un bruit de fond local en CCl4 ? Le CCl4 est interdit depuis 1995 mais il existe encore des rejets indirects via les usines de chlorométhane et de perchloréthylène. Ainsi, il est possible d’en retrouver dans l’air ambiant de façon ubiquitaire. Les résultats de cette étude ont montré que les concentrations mesurées en CCl4 sur différents sites sélectionnés sont toutes du même ordre de grandeur et sont comprises entre environ 0,2 et 0,6 μg/m3. Les échantillons témoins ont une concentration similaire à celle mesurée sur site et est comprise dans la gamme des concentrations ubiquitaires fournies par l’INERIS (0,5 à 1 μg/m3). La présence de ce gaz serait due à des rejets indirects mais aussi à des voies encore inconnues. Les sites recensés montrant ces tendances sont répartis de façon hétérogène dans le quart Nord-Ouest de la France. De plus, la saison des campagnes de prélèvements peut jouer un rôle sur la volatilité des composés et donc sur les concentrations mesurées. Au niveau sanitaire, la méthodologie des sites et sols pollués se fonde principalement sur le seuil R1 lors d’études de risques sanitaires, or ce dernier est basé uniquement sur la toxicologie de la molécule et ne prend pas en compte le bruit de fond. Il est donc largement inférieur (0,24 μg/m3) à la valeur ubiquitaire (0,5 à 1 μg/m3). Ainsi, il existerait peut-être un bruit de fond local et hétérogène mais de nombreuses incertitudes sont à prendre en compte : manipulations en terrain, méthodes d’analyses du laboratoire, limite de quantification, temps de prélèvement, très faible représentativité des résultats. Les données acquises par IDDEA permettent donc de répondre aux attentes de ses clients mais pas de statuer clairement sur l’existence d’un bruit de fond.
No file

Dates and versions

hal-02319642 , version 1 (18-10-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02319642 , version 1

Intranet access

Cite

Margaux Clesse. Cas du tétrachlorométhane (CCl4) détecté dans l’air ambiant : étude fondée sur des données acquises en bureau d’études spécialisé en sites et sols pollués. Sciences de la Terre. 2019. ⟨hal-02319642⟩
173 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More