La mobilité chez les seniors : risques réels versus risques perçus

Résumé : Comme le font remarquer Bramanti et al. (2018), deux phénomènes démographiques modifient considérablement la vie des personnes âgées : −le premier phénomène est la croissance de la population urbaine. Cette tendance a été si rapide qu’il a été impossible d’adapter l’architecture et les infrastructures urbaines, du moins dans la plupart des villes, à la nouvelle urgence démographique : en 1950, 30% de la population mondiale vivait en zone urbaine ; elle est passée à 54% en 2014 et elle devrait atteindre 66% en 2050. Bien que la plupart des nouveaux arrivants soient des jeunes, les personnes âgées qui résident en ville, en particulier celles à faible revenu dans les banlieues à croissance maximale, vivent dans un monde qui change rapidement et il semble qu’il ne change pas toujours dans une taille et une organisation adaptées pour elles ; −le deuxième phénomène est l’augmentation de l’espérance de vie. Dans le monde, les personnes âgées de plus de 60 ans étaient 607 millions en 2000, puis 901 millions en 2015, et elles seront environ 1,4 milliard en 2030. En 2050, la population des personnes âgées doublera par rapport à 2015, pour atteindre environ 2,1 milliards. Le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans croît encore plus vite. Or, le vieillissement est notamment marqué par la perte d’autonomie et l’augmentation des maladies chroniques (Marino et al., 2012). Dans une ville qui semble grandir et se complexifier trop vite, pourquoi ne peut-on pas planifier les infrastructures nécessaires ? Comment pouvons-nous assurer le bien-être et le soutien des plus faibles, notamment les seniors, en préservant leur autonomie et leur mobilité ? Dans un domaine où les solutions les plus simples, comme le placement en institutions spécialisées des personnes âgées en perte d’autonomie, ne sont certainement pas les meilleures solutions pour leur qualité de vie, il n'est pas certain qu’elles soient même les moins coûteuses. Concernant spécifiquement la mobilité des piétons-seniors, ils sont extrêmement vulnérables en ville. En effet, selon l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR), environ 15% des personnes tuées sur la route sont des piétons. Et les personnes âgées sont surreprésentées dans ces accidents. Selon l’ONISR, 49% des piétons tués sont des personnes de 65 ans et plus, alors que cette population ne représente que 19% des Français. Mieux comprendre les comportements et représentations mentales des environnements urbains chez les personnes âgées est donc crucial puisqu’elles sont surreprésentées parmi les victimes d’accidents impliquant des piétons. Si les enjeux démographiques et économiques sont primordiaux, la sécurité urbaine des seniors reste donc un problème majeur de santé publique (Mishler & Neider, 2017).
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02369169
Contributor : Jerome Dinet <>
Submitted on : Monday, November 18, 2019 - 6:16:50 PM
Last modification on : Tuesday, November 19, 2019 - 1:32:20 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02369169, version 1

Collections

Citation

Capucine Bauchet, Jérôme Dinet, Béatrice Linot. La mobilité chez les seniors : risques réels versus risques perçus. Editions Universitaires de Lorraine. Psychologie des transports et de la mobilité, pp.16-25, A paraître. ⟨hal-02369169⟩

Share

Metrics

Record views

25