L’illégitimité de la bande dessinée et son institutionnalisation : Le rôle de la loi du 16 juillet 1949 - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Hermès, La Revue - Cognition, communication, politique Year : 2009

L’illégitimité de la bande dessinée et son institutionnalisation : Le rôle de la loi du 16 juillet 1949

Jean-Matthieu Méon

Abstract

L’illégitimité de la bande dessinée a une histoire. Elle est le fruit de processus historiques mêlant critiques de la bande dessinée et efforts de réhabilitation. L’après-guerre a été une période-clé dans la disqualification de la bande dessinée, alors principalement publiée dans les journaux pour enfants, d’importantes mobilisations en affirmant le caractère criminogène et démoralisateur. Ces discours ont trouvé une validation et une consécration institutionnelles à travers l’adoption de la loi du 16 juillet 1949, qui a organisé, jusqu’à nos jours, un contrôle (entre autres) des publications de bande dessinée. A maxima, ce contrôle a opéré une disqualification en pratique de cette forme d’expression. A minima, il a en tout cas entretenu l’image de la bande dessinée comme une forme potentiellement dangereuse, certainement peu éducative, de toute façon faiblement légitime. C’est en ce sens que la loi de 1949 a contribué à l’institutionnalisation, et donc à la relative pérennité, de l’illégitimité de la bande dessinée.

Dates and versions

hal-02369343 , version 1 (07-09-2022)

Identifiers

Cite

Jean-Matthieu Méon. L’illégitimité de la bande dessinée et son institutionnalisation : Le rôle de la loi du 16 juillet 1949. Hermès, La Revue - Cognition, communication, politique, 2009, 2 (54), pp.45-50. ⟨10.4267/2042/31554⟩. ⟨hal-02369343⟩
75 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More