Création, re-création et/ou récréation : deux « traductions » anglaises de Richard Coeur-de-lion (1784) - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Musicorum Year : 2005

Création, re-création et/ou récréation : deux « traductions » anglaises de Richard Coeur-de-lion (1784)

Abstract

This paper aims at showing how two contemporary adaptations of a single work contribute to diversifying the meaning of a given text. Indeed, the two English versions of Grétry and Sedaine’s Richard Coeur-de-lion (1784), both offered to the London public within a mere two weeks, display a radical change in interpretation and aesthetics. While the re-writing entrusted to William Shield and Leonard McNally (Covent Garden, 1786) stresses the staunch patriotism inherent in the work, Thomas Linley and John Burgoyne’s adaptation (Drury Lane, 1786) gives pride of the place to the romantic element of Grétry’s score. If the second version has usually been found superior, probably on account of its relative fidelity to the original, the first, notably in the development of the “meta-musical” components of the French text, displays a higher degree of inventiveness and creativity.
Cet article se propose de se livrer à une comparaison systématique et détaillée de deux adaptations anglaises contemporaines de l’opéra-comique de Grétry et Sedaine Richard Cœur de Lion » (1784), toutes deux apparues sur la scène londonienne peu de temps après la création parisienne de l’ouvrage. La version traduite par L. McNally et adaptée par le compositeur William Shield (Covent Garden, 1786) accentue en effet les éléments patriotiques et méta-musicaux de l’œuvre première, « anglicisant » l’ouvrage du compositeur franco-belge au point de le priver de son identité dramatique et musicale. En diluant le propos, et en développant à outrance la fibre comique esquissée dans l’original, Shield et McNally « acclimatent » l’ouvrage de Grétry en tenant compte des attentes bien spécifiques de leur public. En revanche, la version confiée la même année au compositeur Thomas Linley (Drury Lane, 1786), sur un livret réécrit par le General Burgoyne, accentue quant à elle tous les éléments à même de renforcer la dimension pathétique de l’ouvrage de Grétry. Notamment en fusionnant les rôles de Blondel et de Bérangère, les deux adaptateurs resserrent la trame dramatique de ce « rescue-opera », dans lequel certains il est difficile de ne pas voir, surtout dans la version ainsi traduite et adaptée, un véritable précurseur du Fidelio de Beethoven. Cet article cherche donc à montrer comment deux compositeurs contemporains réagissent devant un texte – verbal et musical – identique. En dépit de leurs qualités et de leurs défauts respectifs, les deux « traductions » examinées contribuent à diversifier et à élargir les réseaux de signification d’une l’oeuvre première, et cela en fonction des priorités esthétiques conditionnées par l’horizon d’attente de publics différents et en perpétuel renouvellement.
Fichier principal
Vignette du fichier
Richard Coeur de Lion (HAL).pdf (473.88 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02886630 , version 1 (01-07-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02886630 , version 1

Cite

Pierre Degott. Création, re-création et/ou récréation : deux « traductions » anglaises de Richard Coeur-de-lion (1784). Musicorum, 2005, 4. ⟨hal-02886630⟩
40 View
35 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More