Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Le monologue dans le théâtre de Rotrou : une convention baroque, entre ornement et dramaturgie de la pensée

Résumé : Le monologue dans le théâtre de Rotrou : une convention baroque, entre ornement et dramaturgie de la pensée Lélie-Il discourt en luy-mesme. Ergaste-A l'exemple des fous, Comme frappé sans doute en mesme endroit que vous. 1 Amyntas-C'est un trésor sacré, que le penser d'un Roi, Où nul ne doit toucher, si ce n'est par sa Loi, […]. 2 Ces personnages commentent des monologues 3 qui se tiennent simultanément et sur la même scène : dans le premier cas, c'est Éraste qui se désespère d'amour parce que sa maîtresse est promise à un autre que lui ; dans le second, c'est Agamemnon, qui ne se résoud pas à envoyer chercher sa fille. Symptôme de la folie d'amour ou expression de la sagesse royale, cette ambivalence est caractéristique à bien des égards du monologue du second tiers du XVII e siècle. Le dramaturge de cette époque hérite du théâtre antique, du théâtre humaniste italien et français mais aussi du théâtre espagnol, une pratique du monologue très riche et très diverse : narrations de la comédie humaniste, discours de fureur sénéquienne, auto-présentations du personnage, lamentations, discours de passion, morceaux lyriques… Passage autonome et attendu, occasion d'une démonstration de l'art du poète comme de celui du comédien, le monologue est en outre susceptible de devenir un morceau de bravoure. Il possède alors une efficacité singulière, parce qu'il obtient plus aisément l'attention d'un public bruyant et indiscipliné, mais aussi, et peut-être surtout, parce que l'effet dramatique est pensé sur le modèle rhétorique de la chaîne des passions. Parallèlement, dans les textes théoriques et dramatiques du temps, il s'affirme comme une forme dramatique spécifique ; définitions et critiques, didascalies explicites et implicites l'identifient de plus en plus nettement comme une convention énonciative 4. Cependant, pour des théoriciens qui conçoivent de plus en plus l'écriture dramatique comme un art de la dissimulation, c'est une 1 Le monologue se définit comme un discours sans allocutaire fictif. 4 L'écart entre le représentant et le représenté relève de l'énonciation : il faut en effet supposer ou bien que le personnage exprime des pensées qui, ailleurs, resteraient silencieuses, ou bien que l'acteur oralise ce qui doit être entendu comme un discours intérieur. Plus généralement, c'est le fait même de parler, de prononcer un discours solitaire, qui est susceptible d'invraisemblance.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

Cited literature [5 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02902944
Contributor : Maria Macedo <>
Submitted on : Monday, July 20, 2020 - 2:49:07 PM
Last modification on : Wednesday, October 28, 2020 - 7:58:02 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 1, 2020 - 1:38:54 AM

File

02 THOURET Monologue Rotrou.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02902944, version 1

Collections

Citation

Clotilde Thouret. Le monologue dans le théâtre de Rotrou : une convention baroque, entre ornement et dramaturgie de la pensée. Littératures classiques, Société de littératures classiques (SLC) / différents éditeurs, 2007, Le théâtre de Rotrou, pp.207-221. ⟨hal-02902944⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

43