Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Mises à mort mises en scène. Les machinations mortelles dans El castigo sin venganza (Lope de Vega, 1631, publ. 1634) et Women Beware Women (Middleton, c. 1621, publ. 1653)

Résumé : Mises à mort mises en scène. Les machinations mortelles dans El castigo sin venganza (Lope de Vega, 1631, publ. 1634) et Women Beware Women (Middleton, c. 1621, publ. 1653) Dans Women Beware Women de Middleton comme dans El castigo sin venganza de Lope de Vega, les vengeances s'effectuent à la faveur d'un spectacle dramatique ou d'un simulacre qui s'apparente à une mise en scène théâtrale 1. Au dénouement de la tragédie de l'Espagnol, le duc de Ferrare décide de supprimer son épouse Casandra et son fils illégitime Federico, devenus son amant : à cette fin, il fait attacher et recouvrir d'un voile Casandra ; il convoque ensuite son fils et lui demande de tuer un « traître » qui a fomenté un complot contre son souverain et qu'il a dissimulé dans la salle attenante. Federico assassine donc Casandra ; le duc donne immédiatement l'ordre de tuer son fils : il a assassiné sa marâtre parce qu'elle allait donner naissance à un héritier légitime. La pièce s'achève sur la présentation des deux cadavres l'un à côté de l'autre, effet d'un juste châtiment, et non d'une vengeance cruelle 2. Pour les noces du duc de Florence, les personnages de Women Beware Women interprètent un masque ; ce divertissement allégorique doit effectuer trois vengeances : lors de la représentation, quatre acteurs et deux spectateurs trouvent la mort. Ces violences meurtrières, commises grâce à un stratagème de l'ordre d'une fiction dramatique, retiennent l'attention des critiques par leur raffinement, par leur dimension réflexive, par leur similitude avec le spectacle des exécutions publiques, ou encore par leur allusion au fantasme d'un théâtre où la mort se serait pas seulement celle du personnage mais aussi celle du comédien. Elles manifestent par ailleurs la propension du théâtre à créer des images lorsqu'il représente une violence extrême, notamment pour utiliser leur puissance d'action sur les affects 3. Dans une lettre à Graham Saunders, à propos des tableaux brefs qui figurent la catastrophe et la souffrance hyperbolique de Ian dans Blasted (Anéantis), Sarah Kane reconnaissait la filiation avec la scène de tempête dans King Lear et ajoutait : Quant à moi, j'en étais venue à un point où je ne savais plus quels mots employer, et il y avait là une faillite totale du langage. Je me suis dit : « Il va falloir que je fasse ça uniquement au moyen d'images visuelles, ce que de toute façon je fais avec le plus de bonheur. » 4 Cette réflexion de dramaturge indique tout le bénéfice que l'analyse peut retirer à se pencher sur le rapport entre, d'une part, la représentation de la violence ou la représentation violente et, d'autre part, l'image scénique, éventuellement produite par une pièce encadrée ou ce qui s'en approche. Les spectacles macabres de Lope et Middleton permettent justement de s'interroger sur la manière dont la violence trouve à se figurer dans l'image scénique et sur les enjeux de cette représentation. Grâce à leur statut métathéâtral et à la présence de spectateurs fictionnels, on peut spéculer sur l'effet recherché par la mise en scène de la violence. En outre, si l'on voit bien comment l'idée de l'image comme puissance de production du sens peut rendre compte de la propension du théâtre à mettre la violence en spectacle, elle demande à être observée sur des exemples précis. Enfin, une fois expliqué ce que la violence fait au théâtre, il faut également se demander ce que le théâtre, par le biais de l'image ou du spectacle, fait à la violence. Dans cette perspective, je ferai l'hypothèse suivante : la mise en scène de la mise à mort, est un dispositif de transformation de la violence. Elle agit de trois manières : elle la permet ; elle la renforce ; elle change sa nature, ou, du moins, cherche à le faire. *** El castigo sin venganza : dissimulation du châtiment et légitimation du pouvoir 1 Voir les arguments en annexe. Les références à ces deux pièces sont tirées des éditions suivantes : Thomas Middleton, Women Beware Women, dans Five Plays, éd. B. Loughrey et N. Taylor, Londres, Penguin Books, coll. « Penguin Classics », 1988 ; Lope de Vega, El castigo sin venganza, éd. A. Carreño, Madrid, Cátedra, 1993, et pour la traduction, Le Châtiment sans vengeance, trad. R. Marrast, dans Théâtre espagnol du XVII e siècle, t. I, dir. R. Marrast, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994. Pour Women Beware Women, je reprends ponctuellement la traduction de M.-P. Ramo pour la mise en scène de Dan Jemmett en 2004 : Women Beware Women / Femmes gare aux femmes, s. l., Kargo/L'Éclat, 2004. 2 Sur la mise en spectacle des massacres et le recul progressif de l'horrible dans le théâtre de Lope, voir l'article de Florence d'Artois dans ce volume ; le dénouement du castigo sin venganza montre les hésitations du dramaturge à ce moment de sa carrière : dans la version manuscrite, les cadavres restent en coulisses alors qu'ils sont exhibés dans la version publiée-seule version que je considère ici. 3 R. Rizzoli, Representation and ideology In Jacobean Drama.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02903115
Contributor : Maria Macedo <>
Submitted on : Monday, July 20, 2020 - 4:33:55 PM
Last modification on : Wednesday, October 28, 2020 - 7:58:02 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 1, 2020 - 1:51:16 AM

File

06 THOURET Mises à mort.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02903115, version 1

Collections

Citation

Clotilde Thouret. Mises à mort mises en scène. Les machinations mortelles dans El castigo sin venganza (Lope de Vega, 1631, publ. 1634) et Women Beware Women (Middleton, c. 1621, publ. 1653). Littératures classiques, Société de littératures classiques (SLC) / différents éditeurs, 2010, Le théâtre, la violence et les arts en Europe (XVIe-XVIIe s.), pp.299-310. ⟨hal-02903115⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

17