La géographie religieuse cérémonielle : les cérémonies catholiques à Bar-le-Duc aux XVIIe et XVIIIe siècles - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Annales de l'Est Year : 2016

La géographie religieuse cérémonielle : les cérémonies catholiques à Bar-le-Duc aux XVIIe et XVIIIe siècles

(1)
1
Aurore Benad

Abstract

A ceremonial and religious geography : catholics ceremonies in Bar-le-Duc during 17th and 18th centuries. During 17th and 18th centuries, Bar-le-Duc is again, formally, the capital city of duchy of Bar ; it maintains establishments and the castle. But really, it is far away from central powers : dukes of Bar don’t live here because they live in Nancy or Lunéville, or are exiled during wars ; the bishop of Toul rarely visits. Religious life suffers from wars, and parishioners encounter difficulties because the parish church is too outlying. The Conseil de Ville (the Town Council) owns the real local power and manages the religious life, with more opportunities and freedom than other cities. The Conseil de Ville values all elements which prove its adherence to catholic world. Ceremonies show an ideal and perfect geography of the town, not its real appearance. The most important ceremonies, the Feast of Corpus Christi, accentuates the area of ville haute (old town), churches and convents, but forgets popular and recent areas. The procession during this Feast shows an ideal and hierarchized society, who is gathered later during a dinner. Locals ceremonies follows the same purpose : to show the resistance of the city in front of Protestantism presented as a threat, to idealize the urban space and its inhabitants.
La géographie religieuse cérémonielle : les cérémonies catholiques à Bar-le-Duc aux XVIIe et XVIIIe siècles. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Bar-le-Duc est encore officiellement la capitale du duché de Bar ; elle en a gardé les institutions et le château. Mais en réalité, elle est loin des pouvoirs centraux : les ducs n’y séjournent plus car ils vivent à Nancy ou à Lunéville, ou sont exilés lors des guerres ; l’évêque de Toul ne vient que rarement. La vie religieuse souffre elle aussi des guerres et l’église paroissiale de la ville est trop excentrée pour que les fidèles n’éprouvent pas de difficultés dans leur pratique. C’est donc le Conseil de Ville (la municipalité), qui détient le pouvoir local et gère l’essentiel de la vie religieuse, avec plus de liberté que d’autres villes. Le Conseil de Ville valorise tous les éléments qui prouvent son appartenance au monde catholique. Les cérémonies permettent de dessiner une géographie idéale, différente de l’aspect réel de la ville. La plus importante de ces fêtes, la Fête-Dieu, insiste sur les quartiers de la ville haute, les églises et les couvents, mais délaisse les quartiers plus récents et moins prestigieux. La procession qui a lieu pendant la Fête-Dieu représente une société idéale et hiérarchisée qui se rassemble ensuite lors d’un repas. Les cérémonies locales ont le même but : montrer la résistance de la ville devant le protestantisme montré comme une menace, idéaliser l’espace urbain et ses habitants.
Fichier principal
Vignette du fichier
Aurore Benad-La geographie religieuse ceremonielle=les ceremonies catholiques a Bar-le-Duc aux XVIIe et XVIIIe siecles.pdf (1.78 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

hal-02907512 , version 1 (27-07-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02907512 , version 1

Cite

Aurore Benad. La géographie religieuse cérémonielle : les cérémonies catholiques à Bar-le-Duc aux XVIIe et XVIIIe siècles. Annales de l'Est, 2016. ⟨hal-02907512⟩
33 View
72 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More