Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Recension de Seca Jean-Marie : Christophe Assens, 2016, Réseaux sociaux. Tous ego ? Libre ou otage du regard des autres, Bruxelles, De Boeck

Résumé : Dans la continuité de son livre, écrit en 2013, Le Management des réseaux. Tisser du lien social pour le bien-être économique, Christophe Assens « récidive » sur la même thématique, par un ouvrage au titre plus provocateur et avec une ambition plus critique et sociologisante, questionnant plus globalement un fait de société autant que des phénomènes économiques. Est-ce que ce livre tient ses promesses ? La forme utilisée est celle de l'essai. De tels écrits, essayistes, flirtant avec un style littéraire et plus accessible, révèlent toute l'étendue de la pensée d'un auteur et de son interprétation des mouvements de changement culturel et sociétal contemporain. Le livre de 208 pages est découpé en trois grande chapitres : 1/ Les réseaux numériques ; 2/ Les réseaux corporatistes ; 3/ Les réseaux économiques. Une préface de l'Amiral Lacoste, l'ancien chef de la DGSE de François Mitterrand, de 1982 à 1985, apporte des commentaires géostratégiques et futurologiques à l'entreprise éditoriale de l'auteur. L'introduction de 15 pages (pp. 13 à 27) tente de resituer le lexique et les notions utilisées (différence entre « réseau » et « institution » ; types de réseaux ; approche socio-historique des première formes réticulaires et sociétales ; lien avec la notion de citoyenneté et de mondialisation). L'auteur insiste sur un thème récurrent dans tout le livre : tout individu contemporain, qui dispose d'un réseau plus étendu que par le passé, possède, par ce biais, une véritable richesse en termes de capitaux relationnels, essentiels à son évolution professionnelle et personnelle. Cependant, Assens met très clairement en garde contre les risques de dérives vers de nouvelles formes de communautarisme, dans la multiplication de réseaux sociaux cultivant l'entre-soi. « Nous cherchons notamment à savoir si les réseaux offrent une dimension plus humaniste face à la complexité du monde ou s'ils tendent à reproduire une nouvelle forme d'égocentrisme sur le plan collectif, dans des microsociétés qui rivalisent entre elles » (p. 25.) Notons une définition très générale de la notion de réseau repérable, selon lui, dans presque toutes les activités en société : dans les « ramifications numériques […], la convivialité d'un club, d'une cercle intime, d'une corporation » (p. 13), ou bien « dans cercles de discussion, des think-thank, des réseaux sociaux sur internet, dans le régionalisme, dans les diasporas, dans les communautés de pensée, dans des clubs philanthropiques, dans les associations, dans les mutuelles, dans les coopératives, dans les clusters, dans les communautés d'agglomération, dans toutes les formes d'union qui échappent au cadre habituel de la pensée formelle et verticale » (p. 13 et 14). Le chapitre 1, « Les réseaux numériques », aborde le paradoxe de la désocialisation et de la déterritorialisation des sociétés contemporaines par l'implosion dans les réseaux numériques (internet utilisant plusieurs supports et écrans, comme on le sait, de nos jours). Cet aspect avait déjà été abordé, il y a longtemps par Paul Virilio, dans le livre Le Cybermonde ou la politique du pire, édité à Paris, chez Textuel, en 2001. Assens cite adroitement des travaux (dont ceux de Stanley Milgram) sur les réseaux pour indiquer la forte connexité entre individus : une moyenne technique et statistique de 4,74 personnes intermédiaires, existerait entre deux individus, tirés au sort, dans une recherche de 2011, au sein du réseau Facebook. Ainsi nous vivrions, du fait de la généralisation des réseaux techno-numériques, dans un « petit monde » (p. 30-31), ayant néanmoins une faible valence sociale et émotionnelle. On se retrouve dans des dispositifs faiblement ancrés dans des dynamiques consistantes, contrairement à des clubs fermés mais efficients, comme le Rotary Club. Cependant, les liens faibles (épisodiques et non communautaires) génèreraient des interactions en réseau les plus riches en information diversifiée. Par la suite, l'auteur se livre à une analyse détaillée des contresens et significations socio-économiques, associés aux réseaux comme Facebook ou LinkedIn, fondés sur l'augmentation constante des contacts, sans discrimination ni affinités préalables. « La "plateforme numérique de communication" n'est […] pas capable de fédérer autour du lien social, la mosaïque des tribus, des clans et des catégories de personnes qui gravitent par centaine de millions sur Internet » (p.39.) Ces plateformes sont globalement perçues comme un « encouragement à l'individualisme » (ibid.). Une petite erreur page 43 est cependant à noter où l'auteur énonce que les sources de Wikipédia ne sont pas toujours fiables. Tout au contraire, de récentes recherches (2017) de bibliométrie indiquent une plus forte fiabilité de Wikipédia par rapport à la très autorisée Encyclopedia Britannica. Par contre, la dépendance des jeunes générations aux médias sociaux d'internet et par téléphone mobile est correctement analysée, en confirmant des travaux divers sur la généralisation du crédit accordé au complotisme chez les 15-25 ans depuis quelques années. Assens, en bon observateur, décrit très bien les effets nocifs de la multiconnexion à des sources multiples de savoirs chez les internautes : « Ce n'est plus l'élève qui fait la démarche de remonter à la source du savoir, comme le saumon dans le lit de la rivière. C'est le savoir qui doit capter l'attention de l'élève, déjà sollicité par des centaines de micro-activités de divertissement et de communication » (p. 45.) Tous ces éléments et quelques autres tracent donc les grandes lignes d'une tendance à la recentration narcissique et à l'isolement au sein de réseaux déshumanisants, mécanisés et matriciellement programmateurs de conduites stéréotypées.
Document type :
Other publications
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02968240
Contributor : Jean-Marie Seca <>
Submitted on : Thursday, October 15, 2020 - 3:15:28 PM
Last modification on : Thursday, October 22, 2020 - 3:08:03 PM

File

CR C Assens 2016 Réseaux Soci...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02968240, version 1

Collections

Citation

Jean-Marie Seca. Recension de Seca Jean-Marie : Christophe Assens, 2016, Réseaux sociaux. Tous ego ? Libre ou otage du regard des autres, Bruxelles, De Boeck. 2018. ⟨hal-02968240⟩

Share

Metrics

Record views

109

Files downloads

1