Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains

Résumé : Fait unique dans la région de l’Océan indien, le royaume de l’Imerina central de Madagascar fut dirigé entre 1828 et 1896 par des femmes. La première de ces reines, Ranavalona Ière qui règna de 1828 à 1861, domine toujours les imaginaires, incarnant pour les uns la tyrannie et pour les autres un protonationalisme. C’est que cette femme illettrée et adepte des cultes traditionnels qui n’était pas destinée à régner s’empara du pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat en faisant assassiner l’entourage du défunt roi et tous les prétendants à son trône. Durant son long règne, elle expulsa les étrangers, persécuta les chrétiens, fit exécuter tous ceux qu’elle percevait comme pouvant porter ombrage à son autorité. Si les archives directes, manuscrits ou portraits d’elle n’existent pas, elle a si profondément impressionné ses contemporains que les témoignages de voyageurs sont nombreux. Sa mémoire, sous des formes littéraires diverses, continue de nourrir les discours les plus contradictoires puisqu’elle incarne la femme dominatrice et dévoratrice persécutrice diabolique mais aussi l’audace d’une autochtone qui affirme son indépendance en employant la violence. Pourtant, pour les Malgaches elle continue de bénéficier, en tant que reine, d’un prestige sacré et d’un pouvoir de malédiction qui tempère les positions. C’est donc la littérature, sous la forme de théâtre ou de romans, qui semble prendre le relais du discours social et politique pour rappeler tantôt les persécutions qu’elle a infligées à ses compatriotes chrétiens tantôt l’audace avec laquelle elle s’est opposée aux étrangers vus comme les proto-colonisateurs. Nous proposons de montrer comment les voyageurs étrangers (l’autrichienne Ida Pfeiffer, le jésuite français Finaz) et les écrivains malgaches (le pasteur Rabary dans son Daty malaza, 1958, Jacques Rabemananjara dans un article de La Revue des jeunes de Madagascar, 1935) ont forgé et exploité les images contradictoires de cette femme d’exception. Partagé entre fascination, admiration, crainte et diabolisation, chaque écrivain réinvente une Ranavalona Ière conforme à sa vision de l’histoire, à la situation sociopolitique malgache du moment et à ses propres aspirations en l’assimilant à d’autres figures féminines ou masculines de sa culture. Myriam Harry l’appelle « Néron femelle » et la compare à Catherine de Russie, Jacques Rabemananjara l’appelle « la Sémiramis malgache ». Dans la fiction, la personne devient personnage de théâtre sous la plume des malgaches Dox (Andriamihaja, 1960), d’Esther Randriamamonjy (Tsarao ary aho !, 2003) et personnage de roman de Naivo (Au-delà des rizières, 2014) et des français Myriam Harry (Ranavolo et son amant blanc, 1939), Pierre Sogno (Ranavalo, reine cruelle, 1990) et Laurence Ink (Chants de corail et d’argent, 2001). Ranavalona Ière continue ainsi, indépendamment des archives, d’alimenter les imaginaires des écrivains dont les textes vont, à leur tour, entretenir l’image de Madagascar comme une île particulière où des femmes d’exception se sont jadis levées. La littérature devient alors non seulement le conservatoire de l’histoire et mais le lieu de l’élaboration de mémoires contradictoires.
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02968304
Contributor : Dominique Ranaivoson <>
Submitted on : Thursday, October 15, 2020 - 3:59:57 PM
Last modification on : Friday, October 16, 2020 - 3:37:12 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02968304, version 1

Collections

Citation

Dominique Ranaivoson. Quand la littérature remplace l’histoire et reconstruit la mémoire : Ranavalona Ière, la toute-puissante reine de Madagascar vue par les écrivains. Elera Bertho Catherine Mazauric. Archives matérielles, traces mémorielles & littératures des Afriques, A paraître. ⟨hal-02968304⟩

Share

Metrics

Record views

5