Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Le discours codé traditionnel dans le texte francophone : rhétorique ancestrale et parler populaire au service de l'étrangeté

Résumé : De nombreux écrivains viennent de cultures où l’oralité est l’unique voie de création, de transmission en dépit de la scolarisation qui tend à valoriser l’écrit. Bien que qualifiées, même par un spécialiste de la poésie orale comme Zumthor de « civilisations archaïques », ces sociétés valorisent la parole selon une stricte hiérarchie, des codes rhétoriques et des usages sociaux précis. Comme la sociolinguistique le montre pour toutes les sociétés du monde, leurs locuteurs partagent une ou des langues et des codes en fonction des catégories sociales, parlent parfois le français mais avec une prononciation différente, l’« accent ». La parole ressort à la fois de l’usage commun et des biens culturels de prestige. Dans ce cas, elle devient spectacle et sons selon des rites comme la mise en scène de nuit ou dans des circonstances particulières (deuils, mariages), avec parfois de la musique. Or, la scolarisation, en quelque langue qu’elle soit, transmet des normes linguistiques et des codes esthétiques qui s’écartent de cette culture orale première. Celle-ci, selon le poids de la « modernité » peut être patrimonialisée comme une valeur authentique mais ancienne ou dévalorisée parce qu’associée aux catégories populaires qui ne sont pas entrées dans la modernité des lettrés. Les écrivains francophones issus de telles sociétés sont d’abord, parce scolarisés, confrontés à des modèles linguistiques et littéraires issus de la culture écrite. Ils seront incités à entrer en compétition avec les autres écrivains du même champ littéraire par une écriture qui empruntera aux mêmes codes prestigieux garants d’une légitimité qui leur est précieuse. Pourtant, dès le mouvement de la Négritude, certains écrivains francophones chercheront à donner à entendre cette oralité, populaire ou prestigieuse, dans laquelle ils trouvent leur origine et leur fierté. Cette ambition va se heurter à plusieurs défis : comment intégrer dans une écriture personnelle et circonstanciée une tradition antérieure issue d’autres contextes ? Comment exprimer en langue française une parole qui a pour valeurs des rythmes, des sons, des références, des mises en scène a priori intraduisible ? Comment exprimer une position autonome par rapport à cette tradition dans un texte en français ? Comment transmettre ce qui accompagne et justifie la valeur de cette oralité, soit les codes culturels à un lectorat dépourvu des grilles interprétatives ? Nous vous proposons de circuler dans quelques textes francophones d’Afrique et d’Océan indien pour analyser quelles sont les diverses propositions stylistiques adoptées pour chercher s’ils construisent ainsi une nouvelle « poétique de l’oralité »
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02968343
Contributor : Dominique Ranaivoson <>
Submitted on : Thursday, October 15, 2020 - 4:20:40 PM
Last modification on : Friday, October 16, 2020 - 3:37:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02968343, version 1

Collections

Citation

Dominique Ranaivoson. Le discours codé traditionnel dans le texte francophone : rhétorique ancestrale et parler populaire au service de l'étrangeté. L’oralité dans les littératures francophones, Frédérique Toudoire, Feb 2019, Mulhouse, France. ⟨hal-02968343⟩

Share

Metrics

Record views

3