Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Arpenter, regarder, écrire, méditer : La décolonisation a-t-elle changé quelque chose aux carnets de voyage ? L’exemple de Madagascar

Résumé : Comme toutes les colonies, Madagascar a donné lieu à la publication de très nombreux carnets de voyage dans lesquels, à la description objective de situations ponctuelles, se mêlent des considérations générales sur le pays et sur son proche avenir. À travers elles, transparaît, pour le scripteur souvent et pour le lecteur toujours, une tentative d’élucidation de soi qui transite par l’analyse de l’autre. Or, si ce schéma a pu paraître directement lié aux circonstances (tournées administratives, explorations) et aux structures sociales (position de surplomb), il apparaît surprenant de retrouver, plus de 50 ans après les indépendances, non seulement la pérennité du genre littéraire mais cette posture de l’exote telle que l’a définie Segalen (Essai sur l’exotisme, 1918). À Madagascar en effet, ce ne sont plus les explorateurs, les militaires ou les administrateurs coloniaux puis les coopérants en tournée qui écrivent des carnets de route ou réfléchissent au sort des populations et à eux-mêmes, mais des Occidentaux installés, des écrivains de pays voisins (le mahorais Nassur Attoumani) voire des Malgaches (Johary Ravaloson). L'article propose d’établir une généalogie de ces carnets afin de discerner, au-delà de la similitude d’expérience (la circulation, l’observation, la rencontre), de posture (empathie et retrait), de genre littéraire (la forme courte, la première personne), si les indépendances, qui ont profondément modifié le statut officiel des uns et des autres, a changé les regards et le langage. La comparaison des points de fixation des observateurs d’hier et d’aujourd’hui aboutit à identifier les problématiques auxquelles les renvoie, pour eux-mêmes, cette situation toujours faite de proximité et d’altérité. Enfin, cette analyse permet de s' interroger sur la place de cette littérature dans un champ littéraire contemporain qui, par ailleurs, tente de s’autonomiser par rapport aux habitus de la période coloniale pour tenter d’en mesurer les effets sur la réception des littératures nationales.
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02970359
Contributor : Dominique Ranaivoson <>
Submitted on : Sunday, October 18, 2020 - 7:52:57 AM
Last modification on : Monday, October 19, 2020 - 3:26:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02970359, version 1

Collections

Citation

Dominique Ranaivoson. Arpenter, regarder, écrire, méditer : La décolonisation a-t-elle changé quelque chose aux carnets de voyage ? L’exemple de Madagascar. Le Centre en Esthétiques langagières africaines (CRELAF, Université de Libreville, Gabon). Récits de voyage et écriture de soi en Afrique coloniale et postcoloniale : Cheminement individuel et formation d’une conscience sociale et politique nationale, Kailash, A paraître, Récits de voyage et écriture de soi en Afrique coloniale et postcoloniale : Cheminement individuel et formation d’une conscience sociale et politique nationale. ⟨hal-02970359⟩

Share

Metrics

Record views

16