Olivier Adam, Arnaud Cathrine : la tentation de l’autobiographie - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Etudes Françaises Year : 2011

Olivier Adam, Arnaud Cathrine : la tentation de l’autobiographie

(1)
1
Anne Strasser
  • Function : Author
  • PersonId : 1079581

Abstract

In September 2005, the Magazine littéraire chose to simultaneously review two novels in tandem, Falaises by Olivier Adam and Sweet home by Arnaud Cathrine. It is striking how similar these two novels are. Besides their common motif—the mother’s suicide—they share a particular form: both are written as if they are autobiographies, i.e., a fictive narrative having the general qualities of an autobiography. Thus, the enunciative and narrative choices (retrospective narrative with the “I” pronoun based on the quest for meaning), as well as the salient themes—childhood, death, grief—begin like an autobiography. The writers-narrators, representing the authors’ double, complete the similarity, spurring a reflection on writing and on the grieving process and the exploration of filiation that writing involves. Hence, apart from the identity of the author, narrator and character, the components converge to mimic the autobiographical process. We do not wish to fuel the debate on genres, to determine whether we are dealing with novels, autobiographical novels or autofictions (concepts that will rather help us to clarify what these novels are not), but instead wish to show how the autobiographical genre contaminates novels, which may be a characteristic of contemporary French literature. Equally, as when expressing loss, healing, filiation, these stories convey some of the questionings of contemporary society.
En septembre 2005, le Magazine littéraire choisit de faire la recension conjointe de deux romans, Falaises d’Olivier Adam et Sweet home d’Arnaud Cathrine. Les affinités entre ces deux romans sont frappantes. Au-delà de leur argument commun — le suicide de la mère — leur forme est significative : ils sont écrits à la manière d’une autobiographie, soit un récit d’événements fictifs, qui possède la plupart des caractéristiques de l’autobiographie. Les choix énonciatifs et narratifs (récit rétrospectif à la première personne articulé autour de la quête d’un sens), tout comme les thèmes privilégiés — l’enfance, la mort, le deuil — posent la geste autobiographique. Des narrateurs écrivains, double des auteurs, parachèvent cette ressemblance en permettant une réflexion sur l’écriture et le travail de deuil, mais aussi de filiation qu’elle constitue. Ainsi, à l’exception de l’identité entre l’auteur, le narrateur et le personnage, tout concourt à mimer la démarche autobiographique. Il ne s’agit pas ici de se lancer dans une réflexion sur les genres, pour savoir si nous avons affaire à des romans, à des romans autobiographiques ou à des autofictions — ces concepts nous serviront plutôt à définir ce que ces romans ne sont pas —, mais de montrer comment le genre autobiographique contamine le roman, ce qui peut constituer une caractéristique de la littérature française contemporaine. De la même manière qu’en mettant en scène la perte, la réparation, la filiation, ces récits rejoignent des questionnements qui habitent la société contemporaine.

Dates and versions

hal-02971900 , version 1 (19-10-2020)

Identifiers

Cite

Anne Strasser. Olivier Adam, Arnaud Cathrine : la tentation de l’autobiographie. Etudes Françaises, 2011, 47 (3), pp.165-182. ⟨10.7202/1006452ar⟩. ⟨hal-02971900⟩
12 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More