Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications (Dictonnary Notice)

Kant (A)

Abstract : Introduction La production philosophique et scientifique d’Immanuel Kant est impressionnante : plus de trente volumes parus dans l’édition de l’Académie prussienne des sciences (1910-1983), dont 9 volumes d’oeuvres, 4 volumes de correspondance, 11 volumes de réflexions et manuscrits inédits, et 6 volumes de leçons recueillies par les élèves. C’est dans cette édition que nous donnerons toutes les références au texte de Kant (numéro du volume en chiffres romains, suivi de la pagination). a. Critique /précritique ? On divise souvent la carrière philosophique de Kant en deux périodes : la période « précritique » (où Kant aurait professé un rationalisme dogmatique proche de Leibniz et de Wolff, puis un scepticisme humien (Puech : 272)), et la période « critique » (où Kant aurait déployé son système de l’idéalisme transcendantal, renvoyant dos à dos dogmatisme et scepticisme). Pourtant, un grand nombre de thèses considérées comme typiquement critiques sont en place dès les années 1760 : l’indécision des débats métaphysiques, le caractère dynamique de la coexistence des objets dans l’espace, le caractère non substantiel de l’espace, l’existence de formes a priori de la sensibilité, l’affirmation que l’existence n’est pas un prédicat réel (II, 73), l’importance de l’attraction newtonienne, la supériorité de la foi morale sur la foi dans un au-delà…. Kant assume les œuvres de ces années : il suffit de considérer qu’un ouvrage comme L’Unique fondement possible d’une preuve de l’existence de Dieu (1762) connaît quatre rééditions jusqu’en 1794. b. Une philosophie « universitaire » ? On dit souvent que Kant est le premier grand philosophe universitaire (après Wolff). De fait, certaines de ces œuvres ont mûri sous forme de cours à l’Université de Koenigsberg, comme par exemple son cours d’anthropologie professé de 1772 à 1795, qui paraîtra en 1798 sous le titre Anthropologie du point de vue pragmatique. N’en concluons pas que l’enseignant et le chercheur se superposent exactement. Ses écrits portent la trace de son enseignement, sans se confondre avec lui. Par exemple, Kant professe depuis 1765 un cours de Logique, en suivant un manuel de G.F. Meier édité à Halle en 1752. Dans un autre de ces cours, Kant ramène le domaine de la philosophie à quatre questions : « Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que m’est-il permis d’espérer ? Qu’est-ce que l’homme ? » (IX, 25). Il s’agit là typiquement d’un procédé pédagogique d’exposition, qui répartit le savoir entre métaphysique, morale, religion et anthropologie, dans la perspective d’une conception cosmopolitique (weltbürgerlich) de la philosophie, attentive au but final de la raison humaine, par opposition à la conception scolastique, préoccupée de virtuosité conceptuelle. Mais Kant a également défendu et illustré la conception scolastique de la philosophie, en visant le caractère « systématique de la connaissance, sa cohésion à partir d’un principe » (III, 428), poursuivant la mise à jour d’un « système de la raison pure » (V, 543), bâti autour du problème de l’unification des facultés de l’esprit humain : la faculté de connaître, la faculté de désirer, la faculté de plaisir et de déplaisir. Bref, les questions cardinales apparemment très simples, auxquelles Kant ramène la philosophie, font par ailleurs chez lui l’objet d’un traitement complexe et de remaniements permanents (comme en témoignent par exemple les deux versions de l’Introduction à la Critique de la Faculté de Juger). Autre exemple : les Leçons sur la théorie philosophique de la religion (1783-1784) ne reflètent que partiellement la théorie kantienne selon laquelle l’existence de Dieu reste indéterminable par la raison théorique. A bien des égards, elles ne correspondent pas aux thèses de la Critique de la raison pure (1781), et encore moins à celles de La Religion dans les limites de la simple raison, ne serait-ce que parce que Kant ne s’y propose pas le même objet. Dans un premier moment, on propose de restituer l’ensemble de la trajectoire philosophique de Kant, à travers une sorte bio-bibliographie intellectuelle. Plutôt que de la résumer au pas de charge, on essaiera de ressaisir le ou les fils conducteurs qui parcourent l’œuvre de Kant. Par la suite, on détaillera certaines opérations propres à sa manière de faire. C’est dans ses procédés d’exposition, de discussion que Kant se révèle, davantage peut-être que dans les « thèmes » abordés ou les « thèses » soutenues.
Keywords : Kant
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02975299
Contributor : Raphaël Derobe <>
Submitted on : Thursday, October 22, 2020 - 3:36:48 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 3:29:35 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02975299, version 1

Citation

Paul Clavier. Kant (A). 2018. ⟨hal-02975299⟩

Share