Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Discours sur le macadam, Discours sur les planches : Heldenplatz ou la ville théâtralisée de Thomas Bernhard

Résumé : Dieu des tréteaux, Pantin du temple Par le choix de cette figure croisée AB/BA, « Dieu des tréteaux, Pantin du temple », ce chiasme liminaire, la perspective consiste à éloigner les couples attendus, le dieu et le temple, le pantin et les tréteaux, dans le but de faire comprendre l'intention de Thomas Bernhard à travers la pièce qu'il consacre à Emmanuel Kant (mais le verbe consacrer est probablement inapproprié) : qu'il n'y a ni révérence, ni irrévérence, mais un va-et-vient constant entre une certaine idéalisation du personnage (le philosophe étudie les Idées de la raison) et l'utilisation de quelques traits de son comportement comme supports de la bouffonnerie. Immanuel Kant (1978) n'est pas une monographie sous une forme dramatique, comme le titre pourrait l'indiquer, il s'agit plutôt d'une fable au cours de laquelle le philosophe voyage sur un paquebot traversant l'Atlantique de l'Europe vers l'Amérique. S'il se rend dans le Nouveau Monde, c'est qu'il pourra y subir une opération de la cataracte, tandis qu'il délivrera les éléments de sa propre réflexion : le phénomène d'échange est matérialisé par la capacité d'un continent dans le domaine des idées, et la capacité de l'autre dans la technique. L'université de Columbia attend le philosophe dans l'intention de lui décerner le titre de professeur honoris causa, du moins c'est ce qu'affirment les dialogues et que le dénouement va infirmer. Le spectateur comprend immédiatement que la référence biographique est déjouée par des éléments fantaisistes, que l'interprétation que l'écrivain donne de son sujet doit être entendue sous forme allégorique. En effet, ces quelques éléments de résumé vont déjà à l'encontre de l'image universellement répandue, violentant les bases connues, mettant du mouvement là où sévissait la stabilité, de l'effervescence sociale là où l'emportait le repli, du mariage là où dominait le célibat. Kant, tout à l'immatérialité de la pensée, incarne le moins possible la vitalité de la scène, son existence s'entend peut-être comme l'antithèse parfaite de celle que l'on prête à un personnage de théâtre, investi dans le présent, dans le mouvement, l'échange. Si d'un côté Thomas Bernhard prête au philosophe la capacité à supporter une intrigue, d'un autre côté, le dynamisme de celle-ci est immédiatement remis en cause, non seulement par le caractère morne et répétitif des dialogues, mais encore par l'ironie du découpage scénique. Il substitue aux actes traditionnels une séparation en Pont avant/Pont milieu/Pont arrière, distinguant artificiellement des lieux de la représentation qui ne sont en fin de compte qu'un seul, régressant plutôt que progressant, comme si, plutôt que de souhaiter atteindre la côte, la préférence allait à une marche arrière, la prudence invitait à un retour vers l'Europe. Le paquebot lui-même, par définition moyen de locomotion, est accusé à un moment de la pièce de ne pas avancer, cette stagnation contredit l'invention d'un Kant animé (il est définitivement anima) les spectateurs ne peuvent finalement pas se sentir trans-portés.
Document type :
Book section
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02994651
Contributor : Sylvie Camet <>
Submitted on : Sunday, November 8, 2020 - 10:50:30 AM
Last modification on : Monday, November 9, 2020 - 3:25:45 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02994651, version 1

Collections

Citation

Sylvie Camet, Emmanuel Kant, Thomas Bernhard. Discours sur le macadam, Discours sur les planches : Heldenplatz ou la ville théâtralisée de Thomas Bernhard. Théâtre et ville, 2018. ⟨hal-02994651⟩

Share

Metrics

Record views

8