Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Koinès et koinas en Béotie à l'époque dialectale (7e au 2e s. av. J.-C.)

Abstract : 0. Le dialecte béotien a été la forme de grec la plus couramment utilisée en Béotie durant plus de cinq siècles, si l'on s'en tient aux attestations épigraphiques, voire durant plus de dix siècles, si l'on suit les traditions littéraires . Il y a tenu le rôle d'un parler vernaculaire banal, utilisé dans les échanges locaux d'une population comptant, au plus haut , environ 200 000 habitants sur un territoire de 2500 km2 ; mais, en raison du rôle joué par la Béotie sur la scène historique grecque , ce dialecte a acquis un certain rayonnement, au moins sur le plan régional : cela s'est traduit culturellement par l'émergence d'une langue littéraire (dont il ne reste plus que quelques fragments), et politiquement par son utilisation comme "langue officielle" interne de la Confédération béotienne ; en tant que tel, il a suivi l'extension géographique de cette dernière et il se trouve donc attesté, pour les décrets, hors du domaine linguistique proprement béotien. 0.1. Mais, même s'il est largement dominant en Béotie, ce dialecte n'est pas la seule forme linguistique rencontrée durant cette période. Sans tenir compte des inscriptions émanant d'étrangers de passage, s'exprimant dans leur parler naturel , on peut relever dans le corpus épigraphique béotien cinq formes linguistiques différentes du dialecte épichorique, et pré¬sentant toutes la particularité d'être des koinai ; ce terme s'applique à tout moyen d'expression transdialectal, qui peut donc se rencontrer dans le corpus de différents dialectes, tout en étant différent d'eux et pourtant com¬préhensible au moins des milieux cultivés de chaque région, ou supradialectal, qui do-mine les dialectes par son prestige culturel, social, …, et finit par les réduire à de simples variantes linguistiques basses, avant de les éliminer totalement. Ces koinai sont réparties habituellement en koinas et koinès, selon qu'elles présentent comme trait phonétique dominant le maintien de*a:, attribué traditionnellement au "dorien", ou au contraire l'évolution *a:>*ε: propre à l'ionien-attique ; ce critère pure¬ment formel est certes simple d'utilisation, mais il est égale¬ment un peu simpliste, et on sera conduit à le corriger par des critères plus affinés comme le genre littéraire, le formulaire, la métrique ou l'origine géographique . 0.2. On sera ainsi amené à distinguer pour les koinas le dorien poétique de Pindare (teinté d'homérismes), le dorien lyrique des épigrammes, et la "koina de l'Ouest" qui se répand à l'époque hellénistique. Les koinès apparaissent d'abord sous la forme de la langue épique, d'inspiration homérique, puis de la koinè ionienne-attique. Pour suivre au plus près les données épigraphiques et mettre en évidence d'éventuelles évolutions historiques, on a suivi ici un plan chronologique organisé autour de quatre périodes : archaïque et préclassique (7e-5eam), classique et hellénistique ancienne (5em-3em), hellénistique tardive (3epm-2ed), romaine (2eam-1er s.). Chaque période sera illustrée par un corpus de textes, pour lequel on a moins cherché l'exhaustivité que la valeur représentative . …/… (50 pages) Plan suivi 1. Les éléments du dossier 1.1. Epoque archaïque et pré-classique (7e-5e am) 1.2. Epoque classique et hellénistique ancienne (5e m-3e am) 1.3. Epoque hellénistique tardive (3e pm-2e d) 1.4. Les derniers textes (2e am-1er) 2. Aperçu sur la situation linguistique béotienne 2.1. Place des différentes koinai 2.2. L'unité linguistique du béotien et l'hypothèse d'une "koina béotienne" 2.3. La disparition du dialecte béotien 3. Conclusion
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02995225
Contributor : Guy Vottéro <>
Submitted on : Monday, November 9, 2020 - 9:34:05 AM
Last modification on : Tuesday, November 10, 2020 - 3:29:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02995225, version 1

Collections

Citation

Guy Vottéro. Koinès et koinas en Béotie à l'époque dialectale (7e au 2e s. av. J.-C.). Cl. Brixhe. La koinè grecque antique, II. La concurrence, p. 43-92., ADRA, p. 43-92, 1996. ⟨hal-02995225⟩

Share

Metrics

Record views

6