Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

« Textes antiques et lecteurs/chercheurs d'aujourd'hui : un nouveau type d'édition ? Deux exemples hésiodiques, La Théogonie, v. 1-21, et Les Travaux et les Jours, v. 1-10 »

Abstract : 0. A partir du dernier quart du 20e s. l'université française a connu une profonde évolution qui s'est traduite par une réorganisation/redistribution des disciplines et des enseignements : certaines filières se sont fortement développées, d'autres fortement affaiblies ; parmi ces dernières, les Lettres Classiques, avec une importante baisse d'effectifs étudiants, et des répercussions directes, comme la réduction drastique du nombre de postes d'enseignants (dans le secondaire et le supérieur), alors que l'intérêt pour l'Antiquité ne faiblit pas (cf. le succès des expositions et autres manifestations culturelles, voire des jeux vidéos). Mais d'autres conséquences sont moins connues : ainsi, parallèlement aux études classiques traditionnelles (et souvent à leurs dépens) se développent des enseignements dits d'ouverture ou d'humanités, dans lesquels les textes antiques sont étudiés uniquement sous forme de traduction. Tant qu'il s'agit d'une simple vulgarisation de l'Antiquité (e.g. trame des mythes, légendes …), cette utilisation de textes traduits ne fait pas difficulté, mais il en va autrement dès qu'on aborde des questions beaucoup plus complexes dans le cadre d'études littéraires, historiques… approfondies : ainsi comment peut-on sérieusement étudier l' « art poétique » d'Homère ou des autres poètes à partir d'une traduction ? Aucune de celles qui sont disponibles actuellement ne permet ce genre d'étude, car elles n'ont pas été faites dans cet esprit. En effet, dans leur très grande majorité, les éditions scientifiques disponibles datent de la première moitié du XXe s. ; elles étaient destinées à un public cultivé, qui, jusqu'au milieu des années 60, avait reçu au lycée une formation classique complète, et solide. On y privilégiait donc l'élégance plutôt que l'exactitude, puisque tout lecteur était censé pouvoir contrôler le texte antique, s'il en avait le désir. Et le public académique était dans le même cas. Actuellement la situation est bien différente, car, s'il existe toujours un public cultivé, celui-ci a profondément évolué : • par la formation reçue : depuis la fin des années 70 l'accent est mis sur les sciences, les langues vivantes, l'économie…, et la place des langues anciennes dans l'enseignement secondaire est de plus en plus contestée (d'où regroupement de sections, horaires difficiles…) • par les préoccupations affichées : une sensibilité moins grande aux charmes de l'art pour l'art, une orientation privilégiée vers les disciplines majoritaires, un souci de l'efficacité ("aller à l'essentiel") • par les moyens technologiques à sa disposition, qui permettent des recherches rapides, mais généralement limitées aux ouvrages anciens (et donc souvent scientifiquement dépassés) pour des raisons de droit d'auteur. D'autre part la société dans laquelle nous vivons a également beaucoup évolué : • le milieu urbain est devenu largement prédominant, et les références à la vie rurale traditionnelle, qui avait peu changé entre l'Antiquité et le milieu du XXe s., ont disparu : ainsi, parmi ce public moderne, qui a vu un paysan labourer son champ avec une charrue tirée par un animal ? Dès lors le taurus arator d'Ovide (Fastes I, 698) ne surprend plus personne, alors que cette évocation d'un taureau tirant une charrue relève par nature de l'emphase poétique ! • d'une manière générale l'invasion technologique que l'on observe actuellement — par ailleurs incontestablement utile pour le chercheur — n'est pas encore bien maîtrisée ; de plus elle revient souvent à priver l'utilisateur de l'expérience concrète. Les éditions majoritairement disponibles actuellement, qui s'adressaient à un public différent du public actuel, ont donc besoin d'être complétées par des notes techniques et commentaires nombreux et nourris. Je voudrais illustrer mon propos par deux exemples précis empruntés à l'« invocation aux Muses » qui ouvre les deux poèmes d'Hésiode, la Théogonie (v. 1-21) et les Travaux et Jours (v. 1-10). Ces poèmes ont fait l'objet en 1928 d'une édition française par Paul Mazon , avec une introduction succincte mais complète, une traduction à la fois sobre et élégante, et des notes abondantes. Mais, dans cette édition soignée, la place du supposé connu (ou du non-dit) est très importante, et en même temps parfaitement explicable ; en effet Hésiode a joué un rôle fondateur dans l'art poétique grec, il est un précurseur sur bien des points : maître de la poésie didactique, premier mythographe, premier penseur social connu ; il est aussi le premier à livrer des renseignements autobiographiques. Cette orientation nouvelle d'une œuvre poétique a donc réuni l'essentiel des études qui lui sont consacrées ; les autres éléments, comme la langue, la versification…, paraissent banals, imités d'Homère, et n'ont donc fait l'objet d'aucune étude systématique, les données étant toujours présentées en comparaison avec celles de l'Iliade et de l'Odyssée . En d'autres termes il est évident que, pour la plupart des commentateurs d'Hésiode, le fond prime sur la forme . Or l'analyse de ces deux invocations montre que c'est là une vision très réductrice. …/… (19 p.) Plan suivi 1. Hésiode, La Théogonie, v. 1-21 1.1. Texte et traduction 1.2. Métrique et sens 2. Hésiode, Les Travaux et les Jours, v. 1-10 2.1. Texte et traduction 2.2. Métrique et sens 3. Conclusion
Complete list of metadatas

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02995358
Contributor : Guy Vottéro <>
Submitted on : Monday, November 9, 2020 - 10:19:05 AM
Last modification on : Tuesday, November 10, 2020 - 3:28:55 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02995358, version 1

Collections

Citation

Guy Vottéro. « Textes antiques et lecteurs/chercheurs d'aujourd'hui : un nouveau type d'édition ? Deux exemples hésiodiques, La Théogonie, v. 1-21, et Les Travaux et les Jours, v. 1-10 ». J. Dion - G. Vottéro. (Re)lire les poètes grecs et latins, ADRA, p. 7-25, 2018. ⟨hal-02995358⟩

Share

Metrics

Record views

4